Clôture du sommet de l'Union africaine à Khartoum

Khartoum

Afp, 24 Janvier 2006

Le nouveau président de l'Union africaine (UA), le chef d'Etat congolais Denis Sassou Nguesso, a déclaré clos mardi soir le 6e sommet de l'organisation des 53 pays africains dont les dirigeants étaient réunis depuis la veille à Khartoum.
A la fin de la cérémonie de clôture dans le "Hall de l'amitié", M. Sassou Nguesso, désigné par consensus par ses pairs dans la matinée, a donné l'accolade au président soudanais Omar Hassan el-Béchir, qui s'est vu promettre la présidence de l'UA en 2007.
"Il n'y a pas de conditions pour que le Soudan assume la présidence en 2007", a ensuite affirmé le président congolais lors d'une brève conférence de presse.
"Il est évident qu'au cours de cette année (...), tout doit être mis en oeuvre pour faire avancer la question du Darfour", province de l'Ouest du Soudan où une guerre civile a fait entre 180.000 et 300.000 morts depuis 2003, a-t-il nuancé.
"Le Darfour sera au centre de nos efforts", a-t-il assuré.
Le Soudan était initialement candidat pour prendre la succession du président nigérian Olusegun Obasanjo, à la tête de l'organisation panafricaine depuis 2004. Mais face à une levée de boucliers liée à son implication dans la guerre civile qui ensanglante le Darfour, Khartoum a finalement retiré sa candidature pour cette année.
Le président sénégalais Abdoulaye Wade avait auparavant assuré que la présidence irait au Soudan en 2007 "à condition (...) qu'une solution pour le Darfour et une solution dans les relations avec le Tchad interviennent". Il avait précisé que cette condition n'était pas mentionnée par écrit dans la décision finale du sommet.
M. Sassou Nguesso, qui a repris le pouvoir à l'issue d'une guerre civile en 1997 après l'avoir occupé de 1979 à 1992, a également réagi aux critiques de certaines Ong selon lesquelles la situation des droits de l'Homme n'est pas exemplaire au Congo-Brazzaville.
"Si nous sommes élus à la présidence c'est parce que notre pays est en paix, c'est parce qu'il n'y a aucun prisonnier d'opinion, que des élections démocratiques se sont tenues, que la commission des droits de l'Homme et des libertés fonctionne", a-t-il dit.
Aucun texte des résolutions adoptées au cours de ce sommet de deux jours ne sera disponible avant mercredi, a indiqué à l'AFP une porte-parole de l'UA, Habiba Mejri-Cheikh.