Sud-Soudan : 100 000 personnes sont désormais rentrées

Redaction

Tv5, 30 Janvier 2007

Ceci est un résumé des déclarations du porte-parole du HCR Jennifer Pagonis - à qui toute citation peut être attribuée - lors de la conférence de presse du 30 janvier 2007 au Palais des Nations à Genève.

Le nombre de réfugiés soudanais qui sont rentrés chez eux depuis le lancement du rapatriement volontaire vers le Sud-Soudan en 2005 a maintenant dépassé les 100 000. Ce chiffre de 100 000 a été atteint le week-end dernier. Vendredi dernier des ponts aériens ont été organisés, en partenariat avec l'OIM, depuis la République centrafricaine vers Juba, la capitale du Sud-Soudan, ainsi qu'un convoi routier depuis le camp de Kakuma au Kenya vers Kapoeta dans l'Equateur oriental, portant le nombre total des retours vers le Sud-Soudan depuis les sept pays voisins à 100 574.

Cela porte aussi le nombre de réfugiés soudanais assistés dans leur retour chez eux par l'UNHCR à plus de 30 000. Les rapatriements depuis la République centrafricaine, la République démocratique du Congo (RDC), l'Ouganda, le Kenya et l'Ethiopie ont lieu dans le cadre d'accords tripartites et se déroulent par voies aérienne et terrestre à partir de différents points frontaliers.

Les rapatriés reçoivent un colis d'assistance composé de biens ménagers de base, notamment de couvertures, de moustiquaires, de savon, de bâches en plastique, d'ustensiles de cuisine, de jerrycans et de produits hygiéniques pour les aider à redémarrer leur vie au Soudan. Après leur retour, ils reçoivent également trois mois de rations alimentaires du PAM et des graines et des outils de la FAO. Tous les rapatriés, ainsi que les déplacés internes et les communautés d'accueil, bénéficient également de projets de réintégration communautaire de l'UNHCR concernant l'eau, la santé et l'éducation dans les zones de retour.

Plus de 100 000 réfugiés soudanais devraient rentrer chez eux depuis les pays voisins en 2007. Mais cela dépend de l'amélioration de la sécurité, des progrès des pourparlers de paix entre l'Armée de résistance du Seigneur et le Gouvernement de l'Ouganda, qui accueille la plus importante population réfugiée soudanaise (156 000 personnes), et d'évènements imprévus qui peuvent affecter les retours tels que la récente épidémie de méningite survenue dans le nord de l'Ouganda. Les rapatriements depuis le nord de l'Ouganda ont en effet été suspendus pendant plusieurs semaines en attendant la vaccination de tous les candidats au rapatriement.

Certains réfugiés originaires du Sud-Soudan rentreront en empruntant des transports organisés par l'UNHCR et d'autres partenaires depuis les camps et les installations de réfugiés. Dans le cadre d'un programme de rapatriement organisé par les réfugiés eux-mêmes mais assisté par des organisations, d'autres recevront les documents nécessaires pour leur retour (formulaire de rapatriement volontaire) et un colis de réintégration dans leur pays d'asile et à leur arrivée au Soudan. Des milliers d'autres devraient également rentrer chez eux par leurs propres moyens lors de ce que l'on appelle communément un rapatriement spontané.

Nous avons tenu toute une série de rencontres transfrontalières avec les pays voisins pour mettre au point les plans de rapatriement pour 2007. Cela inclut notamment l'établissement de nouveaux calendriers pour reprendre les opérations depuis des zones telles que le nord-est de la RDC et ouvrir de nouvelles routes de retour telles que celle de Dimma/Gambella en Ethiopie vers le corridor de Pagak dans le Nil Supérieur. Le rapatriement depuis l'Ethiopie fera l'objet de nouvelles discussions lors de la réunion de la commission tripartite à venir, qui se tiendra dans la capitale éthiopienne Addis-Abeba, entre les Gouvernements d'Ethiopie, du Soudan et l'UNHCR jeudi et vendredi. Environ 340 000 réfugiés soudanais vivent toujours en exil, principalement au Kenya, en Ouganda et en Ethiopie.