Simone Veil dénonce la poursuite de génocides

Simone Veil

Nouvelles D'armenie, 31 Janvier 2007

Les leçons de l’holocauste et des tueries au Cambodge n’ont pas permis de dissiper le spectre du génocide, a déclaré lundi aux Nations unies Simone Veil en évoquant les massacres au Rwanda et dans la région soudanaise du Darfour.

L’ancienne ministre française, rescapée d’Auschwitz, s’exprimait devant l’Assemblée générale des Nations unies à l’occasion de la journée de l’Holocauste marquant l’anniversaire de la libération de ce camp de la mort par l’armée soviétique. Simone Veil, le représentant permanent d’Israël à l’Onu, Dan Gillerman, et le modérateur Shashi Tharoor, sous-secrétaire général de l’Onu, ont profité de l’occasion pour dénoncer les négationnistes.

L’Assemblée générale a adopté vendredi une résolution présentée par les Etats-Unis condamnant ceux qui nient l’holocauste, quelques semaines après la tenue à Téhéran d’une conférence dominée par des orateurs mettant en doute l’extermination de six millions de Juifs par l’Allemagne nazie.

"Cette nouvelle négation m’inquiète parce qu’elle a trouvé un large écho à travers la nouvelle technologie, en particulier parmi les jeunes", a dit Simone Veil en parlant d’internet.

Dan Gillerman a été plus direct. "Aujourd’hui, le même Etat membre tente de réécrire l’histoire, niant l’holocauste, niant le génocide nazi, niant le sort douloureux de six millions de Juifs et d’autres en Europe, niant la valeur de la vie humaine et les principes fondateurs de cette instance mondiale", a-t-il dit.

Après son arrivée au pouvoir, en août 2005, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a suscité l’indignation de la communauté internationale en qualifiant l’holocauste de "mythe" et Israël de "tumeur" au Proche-Orient.