Djandjawid : Khartoum annonce un plan de désarmement

Redaction

Afrique Centrale Info, 16 Octobre 2006



Sommaire

Actualite

Angola
Burundi
Cameroun
Centrafrique
Congo
Gabon
Guinée Equatoriale
RDC
Rwanda
Sao Tome
Tchad
Soudan
Union africaine
Région

Dossier

Région

Infos utiles

Medias

Portails d'information
Agences de presse
Sites officiels

Ecrivez-nous


















Khartoum a élaboré un plan pour désarmer dans deux mois les djandjawid, les miliciens pro-gouvernementaux accusés de violences et d'exactions contre les populations au Darfour, dans l'ouest du Soudan, ont rapporté lundi les médias soudanais.

"Un plan pour désarmer les djandjawid a été arrêté et soumis à l'Union africaine (UA)", qui a une force de maintien de la paix dans cette région occidentale, a déclaré le porte-parole du Conseil des ministres, Omar Mohammad Saleh, selon le quotidien de langue anglaise The Citizen.

"Ce plan sera mis en application dans les deux prochains mois", a-t-il ajouté après une réunion dimanche du Conseil des ministres, consacrée à l'application de l'accord de paix signé en mai.

Les médias n'évoquent pas la manière avec laquelle le gouvernement entend désarmer les djandjawid et si cette tâche sera confiée à ses propres forces ou aux soldats de l'UA.

La question du désarmement des djandjawid et celle d'amener des rebelles à signer l'accord de paix sont essentielles pour rétablir le calme au Darfour, où selon l'Onu 200.000 personnes ont péri et quelque 2,5 millions ont été déplacées depuis le début du conflit en février 2003.

Cité par M. Saleh, Minni Minnawi, chef de la faction majoritaire du principal groupe rebelle du Darfour, le Mouvement de libération du Soudan (SLM), signataire de l'accord de paix, a affirmé devant le Conseil que des pas avaient été franchis pour appliquer cet accord, "en dépit des difficultés créées par ceux qui s'y opposent", en référence à la faction minoritaire du SLM et le Mouvement pour la justice et l'égalité.

Selon M. Saleh, le Conseil des ministres a décidé d'inclure dans le budget 2007 les fonds nécessaires au développement du Darfour et de mettre en place les institutions de l'Autorité transitoire de la région contrôlée par M. Minnawi.

Il est aussi prévu de créer une Haute commission chargée de "sauver l'accord de paix" qui sera dirigée par le chef de l'Etat Omar al-Béchir et ses deux vice-présidents. Elle doit s'employer à "favoriser la réconciliation entre les différentes tribus du Darfour", selon le porte-parole.

Par ailleurs, le secrétaire d'Etat aux affaires humanitaires Ahmad Mohammad Haroun a assuré devant le cabinet que ses services avaient pour objectif de porter secours à 695.000 déplacés dans les camps au Darfour et à 1.660.000 dans les villages affectés par la pénurie de produits alimentaires.

"Contrairement à ce qui est généralement admis, le gouvernement a été capable de fournir de manière suffisante toute l'aide humanitaire nécessaire", a affirmé M. Saleh.