Mini-sommet arabe mardi en Libye

Afp

Le Monde, 22 Janvier 2007

Un mini-sommet des chefs d'Etat d'Egypte, d'Algérie, du Soudan, de Tunisie, du Yémen et de Libye se tiendra mardi à Syrte, à 450 km à l'est de Tripoli, pour examiner la situation en Afrique et au Proche-Orient, a indiqué un responsable libyen.

"Les chefs d'Etat se concerteront sur les problèmes dans le monde arabe, surtout en Irak, en Palestine et au Darfour (Soudan) lors de leur sommet qui se tient à l'invitation du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi", a déclaré à l'AFP ce responsable sous couvert de l'anonymat.

Il a ajouté que le colonel Kadhafi avait dépêché en Syrie un émissaire, Ahmad Qazzaf al-Dam, qui a remis dimanche au président Bachar al-Assad un message concernant "la situation en Palestine et au Liban".

Ce même émissaire a remis un message du numéro un libyen au président palestinien Mahmoud Abbas et au chef du bureau politique du Hamas Khaled Mechaal, qui se sont rencontrés dimanche à Damas. Dans son message, M. Kadhafi les a appelés au dialogue et à la réconciliation, toujours selon le responsable.

L'ambassadeur d'Egypte en Libye, Mohamed al-Tahtaoui, cité par le quotidien gouvernemental Al-Ahram, avait déjà fait état de ce sommet mais sans mentionner le Yémen.

Le président égyptien Hosni Moubarak avait annoncé vendredi ce sommet, mais sans en préciser la date.

"Il ne s'agit pas (de la formation) d'un axe, mais il s'agira de consultations entre cinq pays arabo-africains", a expliqué M. Tahtaoui. Ce mini-sommet "créera une atmosphère propice à la tenue du sommet arabe prévu en mars à Ryad", selon lui.

Dans le cadre de ses efforts pour régler le problème du Darfour, une région ravagée par une guerre civile depuis février 2003, la Libye a accueilli plusieurs sommets réunissant l'Egypte, le Soudan et des pays africains, mais c'est la première fois que l'Algérie, la Tunisie et Yémen seront présents.

La communauté internationale tente de convaincre Khartoum d'accepter une force de l'ONU, ou au moins une force ONU-Union africaine, pour prendre la relève de la force de maintien de la paix de l'UA au Darfour, mal équipée et sous-financée.