ONU: le Darfour en tête des priorités du nouveau secrétaire général

Redaction

Romandie News, 03 Janvier 2007

Le nouveau secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a placé la crise du Darfour en tête de ses priorités. Il a dit espérer une solution pacifique à cette guerre civile doublée d'une tragédie humanitaire qui dure depuis bientôt quatre ans.

Parlant brièvement à la presse à l'occasion de sa première journée de travail au siège new-yorkais des Nations unies où il entame un mandat de cinq ans, M. Ban a cité en premier le Darfour parmi les crises internationales auxquelles il va devoir faire face, devant le Proche-Orient, le Liban, l'Iran, l'Irak et la Corée du Nord.

"La situation de crise au Darfour est placée très haut dans mon programme de travail, je vais y porter mon attention immédiatement", a-t-il dit. Il a indiqué qu'il rencontrerait dès mercredi le représentant spécial par intérim de l'ONU au Soudan, Jan Eliasson, puis qu'il participerait à un sommet de l'Union africaine (UA) dans la seconde quinzaine du mois.

"En m'engageant dans le processus diplomatique, j'espère que nous serons en mesure de résoudre pacifiquement le plus tôt possible cette très sérieuse question", a déclaré M. Ban.

Ancien président de l'Assemblée générale de l'ONU et ex-ministre suédois des Affaires étrangères, M. Eliasson a été nommé en décembre représentant par intérim, jusqu'à la nomination d'un représentant permanent pour remplacer le Néerlandais Jan Pronk. Ce dernier avait été expulsé par Khartoum en octobre pour avoir plaidé pour le déploiement d'une force de l'ONU dans cette région.

Le président Béchir a affirmé en décembre son soutien à un plan de paix en trois phases pour le Darfour, province occidentale du Soudan, sans dire clairement s'il acceptait ou non une force de 20'000 Casques bleus, dans une lettre au prédécesseur de M. Ban, Kofi Annan.

Dans cette missive, il affirme la disponibilité de son gouvernement "à débuter immédiatement" l'application du plan de paix pour le Darfour approuvé lors de réunions en novembre en Ethiopie et au Nigeria. Ce plan est censé conduire à la création d'une force de paix mixte, formée de troupes de l'UA et de l'ONU.

La guerre et ses conséquences au Darfour ont fait 200'000 morts depuis février 2003 et deux millions de déplacés, selon l'ONU. Les autorités soudanaises contestent ces chiffres.