Somalie: les troupes gouvernementales en passe de contrôler Mogadiscio

Redaction

La Tribune, 28 Décembre 2006

Plusieurs milices pro-gouvernementales ont fait savoir qu'elles contrôlent la ville. Mais le premier ministre du gouvernement de transition tempère ces déclarations et estime que la prise de contrôle n'est pas encore totale. Les islamistes qui tenaient la capitale somalienne depuis six mois ont fait savoir ce matin qu'ils avaient quitté la ville. Les autorités somaliennes redoutent maintenant que Mogadiscio ne retombe aux mains des seigneurs de guerre.
"Le gouvernement tient Mogadiscio", a annoncé le député Mohamed Jama Fuuruh à l'agence Reuters. Cette déclaration n'a été confirmée ni par le porte-parole du gouvernement somalien, Abdirahman Dinari, ni par le premier ministre, Ali Mohamed Gedi, qui se contente d'affirmer que les troupes gouvernementales somaliennes, soutenues par l'Ethiopie, ont pénétré dans "plusieurs secteurs" de la ville. Les autorités somaliennes ont en revanche précisé que les forces gouvernementales tenaient déjà certains "bâtiments clés", y compris la Villa Somalia (résidence du chef de l'Etat). Ce matin, les combattants des tribunaux islamiques ont fait savoir qu'ils abandonnaient la ville pour éviter "un bain de sang".

Des miliciens alliés au gouvernement somalien tiendraient également l'aéroport international ainsi que le port. "Nous sommes des milices locales, nous ne faisons pas partie des islamistes. Nous avons pris le contrôle de plusieurs parties de la ville et quand le gouvernement (de transition) atteindra la capitale, nous rejoindrons les troupes", a précisé Salad Ahmed Mohamed, un commandant des miliciens.

L'enjeu pour le gouvernement est désormais d'éviter une explosion de violence dans cette ville, réputée l'une des plus dangereuses du monde. Déjà, plusieurs témoignages d'habitants font état du retour quasi immédiat des "seigneurs de guerre". "Ma plus grande peur est que la capitale ne retombe dans l'anarchie", s'inquiète Muktar Abdi, un habitant. "Le gouvernement devrait entrer dans la ville immédiatement et en prendre le contrôle (...) avant qu'elle ne tombe à nouveau entre les mains des seigneurs de guerre".

Il aura fallu huit jours aux forces loyalistes, appuyées par les troupes éthiopiennes, pour atteindre les portes de Mogadiscio, la capitale somalienne, contrôlée par les islamistes depuis le mois de juin dernier. Les miliciens islamistes ont pris le contrôle du centre et du sud de la Somalie au cours de l'année 2006, le gouvernement officiel s'étant révélé incapable de leur résister. Mais depuis le 20 décembre, les combats ont repris et après la prise du bastion islamiste stratégique de Jowhar hier, les troupes gouvernementales sont en train de reprendre possession de Mogadiscio.

En fuyant la capitale, les milices islamistes ont laissé des armes derrière elles. Selon Abdirahman Dinari, les islamistes "veulent créer le chaos". Le porte-parole du gouvernement de transition a annoncé que l'état d'urgence était décrété dans toute la Somalie. Aux Nations-Unies, on s'inquiète des conséquences humanitaires de ces combats. Aucun bilan n'a pu être établi pour le moment mais les autorités internationales estiment la situation très sérieuse. Le PAM (programme alimentaire mondial) a dû suspendre ses livraisons de nourriture dans le pays mais "se prépare à accueillir au moins 150.000 réfugiés".