Sénégal: Darfour, l'ONU met les bouchées doubles

Redaction

All Africa, 25 Décembre 2006

Le Haut Commissaire de l'Onu chargé des réfugiés, Antonio Guterres, a jugé essentiel de déployer une forcede paix internationale au Darfour pour empêcher une déstabilisation, par contagion, de toute l'Afrique centrale.

Guterres, qui effectue une visite de deux jours au Tchad, a souligné que la communauté internationale était confrontée à la tâchetitanesque de déplacer environ 230.000 réfugiés du Darfour installés actuellement près de la frontière avec le Soudan. L'est du Tchad jouxte le Darfour, région de l'ouest du Soudan où un conflit ethnico-politique faisant rage depuis 2003 a fait des dizainesde milliers de morts et menace de s'étendre aux pays voisins. "Si la sécurité se détériore, nous aurons un problème très grave", a déclaré l'ancien Premier ministre portugais lors d'une conférence de presse.


"Voilà pourquoi il est nécessaire de trouver une solution au problème du Darfour, pour la stabilité de la région." La visite de Guterres intervient alors que le secrétaire général de l'Onu Kofi Annan, qui quittera ses fonctions à la fin décembre, a lancéune campagne diplomatique visant à obtenir le feu vert de Khartoum au déploiement d'une force "hybride" de maintien de la paixcomposée de soldats de l'Union africaine et soutenue par Dans une lettre remise au président soudanais Omar Hassan al Bachir par son émissaire spécial à Khartoum, Annan explique qu'ilprévoit d'"avancer rapidement" dans le renforcement de la force de paix de l'Union africaine actuellement déployée au Darfour en lui fournissant des soldats et du matériel de l'Onu.

« J'espère donc avoir de vous une réponse rapide et positive, qui garantira une entente mutuelle parmi tous les acteurs quant à la voie à suivre pour résoudre la crise au Darfour", écrit-il dans sa lettre. L'émissaire spécial d'Annan à Khartoum, Ahmedou Ould-Abdallah, a rencontré Bachir jeudi et attendra sur place la réponse du président qui est attendue dans deux jours au plus, a fait savoir Stéphane Dujarric, porte-parole du secrétaire général. Le Soudan a rejeté une résolution du Conseil de sécurité autorisant le remplacement de la force de l'Ua, mal équipée et impuissanteface aux violences au Darfour, par une mission de l'Onu forte de 22.500 soldats et policiers.

L'agence de presse officielle soudanaise Suna cite un responsable du ministère des Affaires étrangères, Al Sadig al Magli, déclarantque Khartoum est favorable à un soutien de l'Onu à la force de l'UA. Il n'a pas fait état toutefois du soutien de son pays au déploiementd'une force "hybride". Dans un éditorial publié jeudi dans le quotidien britannique The Independent, Guterres se prononce en faveur d'une présence onusienneau Tchad pour protéger les employés d'organisations humanitaires et les civils. Cette proposition jouit du soutien du gouvernement d'IdrissDéby, président du Tchad.