“Chacun doit désormais prendre ses responsabilités”

Redaction

Rfi, 01 Décembre 2006

Le Premier ministre français, Dominique de Villepin, a défendu hier en Afrique du Sud le rôle de la France en Afrique, notamment en Côte d\'Ivoire et en Centrafrique, soulignant qu\'elle avait choisi la paix, non \"un camp\".

\"Nous ne pouvons pas accepter que l\'Afrique soit un continent négligé, que l\'Afrique devienne la \'mine\' du monde.
Nous ne pouvons pas non plus rester les bras croisés face aux crises et à la violence qui menacent la stabilité du continent\", a déclaré hier, en Afrique du Sud, Dominique de Villepin devant quelque 250 personnes venus l’écouter à l\'université de Witwatersrand où Mandela fit des études.
A l\'invitation de l\'Institut sud-africain des relations internationales, le Premier ministre français a prononcé un discours sur l\'Afrique et la mondialisation.
A propos de l’Afrique, Dominique de Villepin a réaffirmé que la France, consciente \"des plaies profondes\" laissées par la colonisation, ferait toujours le choix \"d\'être aux côtés des Africains\".
\"La France ne choisit pas un camp, elle choisit la paix.
Elle ne défend pas des régimes, elle défend des valeurs\", a-t-il lancé.
S\'agissant du rôle de son pays en Côte d\'Ivoire, le Premier ministre français a déclaré que « la France a agi en conscience, elle a pris ses responsabilités en déployant depuis quatre ans, près de 4000 hommes.
Elle l’a fait en vertu d’un mandat des Nations Unies et aux côtés de l’Union Africaine ».
Aux dires du Premier ministre français, « pour beaucoup d’Africains, elle a contribué à éviter la guerre civile\".
Poursuivant, Dominique de Villepin a ajouté : \"Aujourd\'hui, la situation reste fragile et le peuple ivoirien peut avoir le sentiment que rien n\'avance.
Il faut que la communauté internationale se mobilise sur les deux objectifs: le désarmement et la tenue d\'élections libres et régulières.
La Résolution 1721 a fixé le cadre de ce processus et de la transition en cours.
Chacun doit désormais prendre ses responsabilités\".
Dominique de Villepin, qui s\'est entretenu avec le président Thabo Mbeki à Pretoria et devait dîner avec lui avant de regagner Paris, a rappelé le rôle important que joue l’Afrique du Sud sur le continent.
\"L\'Afrique du Sud est une force de proposition, une force de paix\", a-t-il souligné.
\"Nous voulons continuer d\'avancer sur la crise du Darfour, la Côte d\'Ivoire, la République centrafricaine.
Ce sont des crises majeures qui ne peuvent être résolues que par la recherche de partenariats\", a-t-il ajouté.
Pour sa part, Thabo Mbeki a appelé de ses vœux une coopération politique \"plus étroite\" entre Paris et Pretoria.
L\'Afrique du Sud siégera à partir du 1er janvier au Conseil de sécurité des Nations unies.