Darfour: les rebelles "sont en déroute", selon Omar Bongo

Ap

Ap, 30 Novembre 2006

"Je crois que les rebelles, tant en Centrafrique qu'au Tchad, sont en déroute", a déclaré jeudi le président du Gabon, Omar Bongo, à l'issue d'un entretien à l'Elysée avec Jacques Chirac.
Interrogé sur la situation au Darfour, M. Bongo a déclaré: "je crois que ça va aller, (...) je crois que les rebelles tant en Centrafrique qu'au Tchad, sont en déroute".
"Les forces centrafricaines et les forces tchadiennes ont délogé les rebelles (...) qui faisaient mouvement sur N'Djamena. Supposons qu'ils vont être stoppés", a-t-il expliqué. "En Centrafrique, (les rebelles) ont quitté Birao", dans le nord-est du pays. "Ils sont repartis d'où ils étaient venus. Souhaitons que cela soit d'une manière définitive", a ajouté le président gabonais.
Selon l'Elysée, le président français a de son côté "rappelé l'engagement de la France aux côtés de l'Union africaine en faveur de la stabilité régionale".
Le conflit au Darfour, dans l'ouest du Soudan, oppose les rebelles des tribus africaines au gouvernement central à majorité arabe depuis 2003. Khartoum est accusé de s'appuyer sur les milices Janjaweed, mises en cause dans de nombreuses exactions et violences contre les populations civiles. Le conflit a fait quelque 200.000 morts et 2,5 millions de déplacés.
Le gouvernement tchadien a accusé à plusieurs reprises le Soudan de soutenir la rébellion tchadienne, et le Soudan a exprimé de semblables griefs à l'encontre du Tchad. Les insurgés en République centrafricaine, qui partage également une frontière avec le Darfour, ont également intensifié leurs opérations au cours des derniers mois.
Interrogé sur l'anniversaire de Jacques Chirac, qui a fête ses 74 ans mercredi, Omar Bongo a répliqué: "ne me menez pas sur ce chemin tortueux". "S'il se présente (à la présidentielle, NDLR) c'est son affaire. S'il ne se présente pas, c'est son affaire aussi. Pour le moment, on n'en parle pas". Omar Bongo, 70 ans, dirige le Gabon depuis 1967. Il envisage d'être à nouveau candidat en 2012.