Sudan: Darfour - Kofi Annan attend pour demain une réponse du Soudan sur la création d'une force ONU-UA

Redaction

Allafrica.com, 28 Novembre 2006

Le Secrétaire général a dit aujourd'hui attendre d'ici demain, la réponse du président du Soudan aux questions restées en suspens quant à la création d'une force mixte Nations Unies-Union africaine pour protéger les populations civiles du Darfour.

Kofi Annan avait annoncé le 17 novembre à Addis-Abeba que le gouvernement du Soudan avait accepté le principe d'une force hybride « Nations Unies-Union africaine » bien que sa taille restait à déterminer.

Les conclusions de la rencontre de haut niveau sur le Darfour le 16 entre le Soudan, le Conseil de sécurité et l'Union africaine (UA) prévoyaient la relance du processus de paix, le renforcement du cessez-le-feu et les préparatifs pour une force de maintien de la paix ONU-UA (dépêche du 17.11.06).

Pour sa part, le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Jean-Marie Guéhenno, est parti assister à la réunion au sommet du Conseil de la paix et de la sécurité de l'UA qui se tiendra demain à Abuja, au Nigéria, sur la situation au Darfour.

Jean-Marie Guéhenno devrait faire une déclaration au nom du Secrétaire général, a indiqué le porte-parole de l'ONU à New York.

Parmi les questions à l'examen, figurent les conclusions des consultations des réunions d'Addis-Abeba.

L'ONU et l'UA ont signé samedi à Addis-Abeba un mémorandum d'accord relatif au soutien de l'ONU à la Mission de l'UA au Soudan (MUAS) (dépêche du17.11.06).
Le chef en exercice de la Mission de l'ONU au Soudan (MINUS), Tayé Brook-Aroun, est également en partance pour Abuja.

Dans le cadre du suivi des conclusions d'Addis-Abeba, en particulier celle relative à la nécessité de redynamiser le processus politique, Tayé Brook-Aroun a rencontré, hier, Salim Ahmed Salim, l'Envoyé spécial du président de la Commission de l'Union africaine et l'ancien président du Mali, Alpha Omar Konaré.

Les deux hommes se sont mis d'accord sur les étapes à franchir pour préparer la réunion entre signataires et non signataires de l'accord de paix global sur le Darfour, signé à Abuja en mai.