Les soldats tchadiens renforcent leurs positions à N'Djamena

Ap

Nouvel Observateur, 28 Novembre 2006

Des soldats tchadiens lourdement armés ont commencé lundi à renforcer leurs positions à N'Djamena dans la crainte d'une nouvelle offensive de la rébellion.
Les soldats se positionnaient autour de la capitale, encerclant les principaux bâtiments du gouvernement. Ils étaient appuyés par au moins une dizaine de chars montant la garde près des principales entrées de la capitale. Les écoles ont été fermées et les habitants de N'Djamena, paniqués, se ruaient dans les magasins et marchés.
A l'aube, un Mirage français a mené des vols de reconnaissance au-dessus de la ville et dans les environs. Dimanche, les troupes gouvernementales ont dressé des barrages routiers à Lamidja, à une dizaine de kilomètres à l'est de la capitale, et fouillé tous les véhicules ainsi que les hommes en âge de combattre.
Les rebelles de l'Union des forces pour la démocratie et le changement (UFDD) sont opposés au régime du président Idriss Déby. La rébellion, qui compte dans ses rangs de nombreux déserteurs de l'armée et des proches de Déby, affronte l'armée gouvernementale de manière sporadique depuis 2005. Une attaque lancée contre la capitale en avril dernier s'était soldée par un échec.
La guerre pour le pouvoir est monté d'un cran depuis que le Tchad a commencé à exporter du pétrole en 2004. En outre, depuis plusieurs mois, l'est du Tchad est en proie à une violence croissante, subissant les conséquences de l'extension du conflit soudanais au Darfour voisin.
La France a souligné lundi que les dernières attaques rebelles "montrent à nouveau la gravité de la situation et l'urgence qu'il y a à ce qu'une présence internationale puisse être déployée à la frontière entre le Tchad et le Darfour", a rapporté lors d'un point-presse le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Jean-Baptiste Mattéi. "Ce déploiement s'accompagnerait naturellement d'un renforcement de la sécurité dans les camps de réfugiés".
Paris rappelle "sa condamnation des tentatives de coup d'Etat ou de prise du pouvoir par la force" et "condamne fermement cette nouvelle tentative de déstabilisation des autorités légitimes".