Soudan : le gouvernement dément les accusations sur le meurtre intentionnel au Darfour

Xinhua

Xinhua, 26 Novembre 2006

Le gouvernement soudanais a démenti samedi les accusations du Bureau du Haut Commissaire de l'ONU pour les droits de l'homme, selon lesquelles les forces armées soudanaises (SAF) avaient délibérément tué onze civils dans la région du Darfour (ouest du Soudan) au début du mois.

"Cette accusation était sans fondement", a déclaré à l'agence Xinhua le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ali al-Sadig.

Les SAF n'ont pas mené d'opérations militaires au Darfour depuis la signature de l'accord de paix du Darfour le 5 mai dernier, a-t-il noté.

"Nous pensons que ce genre d'accusations intervient dans le cadre des pressions par le recours au problème humanitaire sur le gouvernement soudanais, pour qu'il accepte le déploiement d'une force internationale de maintien de la paix au Darfour", a-t-il signalé.

Le porte-parole a réitéré le refus du gouvernement soudanais d'un tel déploiement au Darfour, appelant la communauté internationale à fournir son soutien aux troupes de l'Union africaine (UA) dans la région.

La porte-parole du Haut Commissaire, Praveen Randhawa, a déclaré vendredi à Genève que onze civils avaient été tués et huit autres blessés dans ce qu'elle a appelé "une attaque délibérée et sans provocation" des SAF et de la milice Janjaweek à Sirba, dans le nord du Darfour, le 11 novembre.