Darfour: les violences s'étendent au Tchad et à la RCA, selon Mia Farrow

Redaction

Le Monde, 21 Novembre 2006

'actrice américaine Mia Farrow, qui milite pour l'envoi d'une force internationale au Darfour, a affirmé mardi, de retour d'une visite dans des camps de réfugiés dans l'est du Tchad, que les violences s'étendaient à ce pays et à la République centrafricaine (RCA).

"Les violences ont largement dépassé les frontières. Dans l'est du Tchad, une soixantaine de villages ont été détruits depuis le 4 novembre", a affirmé Mia Farrow lors d'une conférence de presse. Selon elle, "il est désormais impossible d'évoquer le Darfour sans mentionner également l'est du Tchad et la République centrafricaine".



Mia Farrow, 61 ans, qui est ambassadrice du Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), s'est déjà rendue deux fois au Darfour en 2004 et en juin 2006 mais n'a pu obtenir de visa pour s'y rendre une nouvelle fois en novembre.

Avec la coalition Save Darfur, qui réunit 176 organisations militant pour la paix au Darfour, elle a réclamé à nouveau l'envoi d'une force de paix dans cette région.

"Les personnes déplacées dans l'est du Tchad ainsi que les réfugiés du Darfour ont urgemment besoin d'une force de paix de l'ONU afin de protéger les populations", a-t-elle lancé.

Vêtue d'un pantalon kaki et portant autour du cou une amulette confiée par une des réfugiées rencontrées, la frêle actrice a témoigné: "Les gens souffrent de façon inimaginable. Les femmes nous ont décrit leur terreur, fuyant le Darfour, perdant leur famille, leurs enfants mourant en chemin".

Selon elle, la situation au Tchad lui rappelle celle du Darfour soudanais en 2004: "Les gens vivent sous des arbres. Certains n'ont pas mangé depuis neuf jours".

L'actrice compte retourner dans la région "dès que possible", particulièrement dans le nord-est de la République centrafricaine, où une mission d'évaluation de l'ONU vient d'arriver mardi pour étudier les moyens de protections nécessaires aux réfugiés du Darfour voisin.

"La situation ne peut plus être décrite comme un conflit interne (au Soudan). C'est un conflit qui s'étend", a ajouté l'ambassadeur à la retraite Lawrence Rossin, coordinateur international pour Save Darfur Coalition qui a conduit dans le passé des missions pour l'ONU en Haïti et au Kosovo.

Depuis le début de la guerre civile en février 2003, au moins 200.000 personnes, selon l'ONU - 400.000, selon Save Darfur Coalition - sont mortes au Darfour en raison des combats mais aussi de la famine ou de la maladie. Le conflit a également fait 2,5 millions de déplacés, dont plusieurs dizaines de milliers se sont réfugiés dans l'est du Tchad et certains dans le nord-est de la Centrafrique.