Sudan: Jan Egeland demain dans la région du Darfour

Redaction

All Africa, 16 Novembre 2006

Après une halte à Khartoum dans le cadre de sa dernière tournée en Afrique en tant que Secrétaire général adjoint aux affaires humanitaires, Jan Egeland se rendra demain dans la région du Darfour où les opérations militaires et les attaques quotidiennes contre les civils continuent.

« La Mission des Nations Unies au Soudan (UNMIS selon son acronyme anglais) fait état d'opérations militaires dans le sud du Darfour, où des villages ont été brûlés et leurs habitants attaqués par des nomades arabes », a rapporté aujourd'hui le porte-parole du Secrétaire général, lors d'un point de presse à New York.

Au Darfour occidental, la Mission note que les membres du personnel international des organisations non gouvernementales (ONG) ont dû être évacués de deux camps de personnes déplacées, en raison de la dégradation des conditions de sécurité sur place.

Actuellement en déplacement au Soudan, Jan Egeland s'est entretenu aujourd'hui à Khartoum avec de hauts fonctionnaires soudanais, indique par ailleurs le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA), dans un communiqué publié à New York.

Jan Egeland a confirmé que le gouvernement soudanais avait reconduit pour un an le moratoire sur les restrictions à l'accès humanitaire au Darfour, établi par un accord signé en juillet 2004 avec le Secrétaire général. Il a aussi néanmoins souligné que des restrictions étaient toujours en place malgré le moratoire.

Il se rendra, demain, à El Geneina, la capitale du Darfour occidental, pour y rencontrer des dirigeants locaux et des représentants d'ONG, avant de se rendre à El Fasher, dans le nord de la région.

Il sera de retour, samedi, à Khartoum.

Depuis le début du mois de novembre, OCHA et l'UNMIS reçoivent quotidiennement des informations faisant état d'attaques de milices contre des civils et des véhicules humanitaires (dépêche du 07-11-06).

Le même scénario est toujours décrit. Des hommes armés, à cheval, attaquent, pillent les villages, violent les femmes, incendient les maisons, causant de nombreux morts et provoquant de nouveaux déplacements. Les camps de réfugiés ne sont pas épargnés par les raids.

Selon les informations du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), le conflit s'étend maintenant au sud-est du Tchad (dépêche 09-11-06 et dépêche du 14-11-06)

Le Secrétaire général adjoint au maintien de la paix, Jean-Marie-Guéhenno, avait hier demandé la fin des opérations militaires au Darfour, alors qu'une intense activité diplomatique se poursuit pour sortir de la crise, avec notamment la tenue d'une réunion de haut niveau demain à Addis-Abeba entre le Conseil de sécurité, l'Union africaine et le gouvernement du Soudan (dépêchedu 14-11-06).