Darfour: le Conseil de sécurité pas représenté à des discussions

Redaction

Romandie News, 11 Novembre 2006



NEW YORK - Le Conseil de sécurité de l'ONU a renoncé à envoyer une délégation à Addis Abeba, pour participer lundi avec l'Union africaine (UA) et le Soudan à des discussions sur le Darfour. Ses quinze membres n'ont pu s'entendre sur les modalités de cette mission.

Les désaccords ont notamment porté sur "le mandat de la délégation, quelles contraintes elle aurait, quel message elle apporterait à la réunion", a expliqué devant la presse l'ambassadeur péruvien Jorge Voto-Bernales, qui préside le Conseil de sécurité en novembre.

Un second point de désaccord a concerné "sa composition", a-t-il dit, c'est-à-dire "le nombre de ses membres". Selon des sources diplomatiques, neuf pays membres du Conseil avaient souhaité prendre part à cette délégation mais les Etats-Unis ont voulu la limiter à trois diplomates, ce à quoi la Russie s'est opposée.

Un autre facteur de complication, selon un diplomate, a été la visite prévue la semaine prochaine à Addis Abeba du secrétaire général de l'ONU Kofi Annan. Celui-ci doit officiellement prononcer un discours devant le Forum pour le développement africain.

Mais il devrait également s'entretenir du Darfour avec les dirigeants de l'Union africaine, selon cette source. Certains ont estimé préférable de laisser M. Annan mener seul l'effort diplomatique de l'ONU sur la question du Darfour.

Le Conseil de sécurité a décidé le 31 août l'envoi de quelque 20'000 Casques bleus et policiers pour prendre la relève de la force de l'UA au Darfour, sous-financée et mal équipée. Mais le régime du président soudanais Omar el-Béchir s'y oppose, y voyant une tentative occidentale de recoloniser son pays.

En conséquence, les tentatives de mettre fin à la guerre civile qui sévit depuis février 2003 dans cette province de l'ouest du Soudan et à la grave crise humanitaire qui en découle sont dans l'impasse.