Barroso à la tête d'une délégation européenne au Darfour

Reuters

Reuters, 01 Octobre 2006

Une délégation de l'Union européenne emmenée par Jose Manuel Barroso s'est rendue dimanche au Darfour dans le cadre des efforts internationaux pour mettre fin au conflit et à la crise humanitaire dans cette région de l'ouest du Soudan.

Le président de la Commission européenne, accompagné du commissaire Louis Michel, a achevé une visite de deux jours au Soudan par un déplacement de cinq heures dans le Nord-Darfour.

"Les Nations unies doivent être présentes ici de manière plus efficace", a déclaré Barroso dans l'avion qui l'emmenait au Darfour, où environ 200.000 personnes ont été tuées et plusieurs millions d'autres chassées de leur domicile depuis le début de la guerre civile en février 2003.

Le président soudanais Omar Hassan al Bachir continue de rejeter une résolution du Conseil de sécurité sur un déploiement de 20.000 casques bleus et policiers de l'Onu au Darfour, en remplacement de 7.000 militaires de l'Union africaine.

Barroso n'est pas parvenu à convaincre Bachir samedi soir.

Le président de la Commission européenne a cependant rappelé que le Soudan s'exposait à un affrontement avec la communauté internationale.

"Il n'est pas dans l'intérêt du Soudan de revenir à une situation d'isolement complet", a-t-il prévenu.

PAS DE VISITE DE CAMP DE RÉFUGIÉS

Bachir soupçonne les Etats-Unis et la communauté internationale de vouloir démanteler le Soudan en envoyant des casques bleus au Darfour, où l'armée et des miliciens arabes affrontent des rebelles issus des populations noires.

La délégation européenne qui s'est rendue dimanche à El Fachir a notamment rencontré le gouverneur local, qui lui a assuré que la population ne souhaitait pas la présence de soldats étrangers.

Les Européens ont aussi rencontré des responsables de l'UA et se sont rendus sur un site de réparation des camions du Programme alimentaire mondial. Sur un parking, l'un de ces véhicules de l'Onu portait les stigmates d'une attaque.

La délégation européenne n'a en revanche pas pu visiter de camp de réfugiés pour des raisons de sécurité.

Pour les observateurs et les travailleurs humanitaires, la situation s'est dégradée au Darfour depuis la signature en mai d'un accord entre le gouvernement et l'un des mouvements rebelles.

L'UE a annoncé dimanche qu'elle débloquait 40 millions d'euros d'aide humanitaire, essentiellement alimentaire.

Barroso doit rencontrer des représentants de l'Union africaine lundi à Addis-Abeba.