Le conflit du Darfour semble se propager au Tchad

Ap

Canoë, 09 Novembre 2006

Des violences ethniques survenues au Tchad, le long de la frontière avec la région soudanaise du Darfour, ont pu faire jusqu'à 200 morts, estime le HCR (Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés) qui a dépêché une équipe sur place.
D'après des témoignages d'habitants, des cavaliers armés ont attaqué, pillé et brûlé neuf villages.

Les responsables tchadiens craignent une contagion du conflit du Darfour. D'après eux, des petits affrontements entre arabes et noirs dans une autre région de l'est du Tchad ont débouché sur une attaque bien plus grande qui a fait 128 morts le 31 octobre.

Hélène Caux, une employée du HCR qui s'est rendue hier et aujourd'hui dans les villages affectés par les dernières violences, a souligné que tous les assaillants étaient Tchadiens. Des rescapés lui ont raconté avoir vu d'anciens voisins arabes parmi ces attaquants qui hurlaient des injures racistes. Ils «nous ont dit que le conflit avait été importé du Darfour», a expliqué Hélène Caux par téléphone.

Dans un communiqué publié à Genève, le Haut commissaire de l'ONU pour les réfugiés, Antonio Guterres, a fait part de son «inquiétude». Il a rappelé que plus de 218 000 Soudanais fuyant les combats au Darfour avaient trouvé refuge dans l'est du Tchad. «Nous prévenons depuis plusieurs mois que le conflit du Darfour menace de déstabiliser la région entière. Et nous soutenons les appels en faveur d'une présence internationale dans l'est du Tchad».