Darfour : les Nations Unies dénoncent les raids de miliciens arabes sur les populations civiles - UN

Redaction

Tchad Actuel, 03 Novembre 2006

Après Kofi Annan, l'agence des Nations Unies pour les réfugiés et le Haut Commissariat aux droits de l'homme ont dénoncé aujourd'hui les attaques commises dimanche et lundi par des miliciens arabes sur au moins huit villages de la région de Jebel Moon, à l'ouest du Darfour.

Au moins 50 personnes ont été tuées dans les attaques de Jebel Moon et de Seleha et au moins 7 000 personnes ont été touchées par les violences, selon le Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH).

Beaucoup de personnes ont été contraintes de fuir au sud ou de traverser la frontière avec le Tchad, ajoute le HCDH.

« Nos équipes dans l'est du Tchad ont rapporté qu'un groupe d'une dizaine de réfugiés ont traversé la frontière fuyant les violences qui aurait été commises par 300 à 500 miliciens arabes à cheval lors d'un raid sur au moins huit villages ainsi que sur le camp de déplacés de Hajlija », a indiqué le porte-parole du Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), lors d'une conférence de presse donnée aujourd'hui à Genève.

Le camp de déplacés de Hajlija accueille 3 500 personnes.

Une équipe du HCR est partie aujourd'hui dans la région frontalière près de Birak du côté tchadien pour évaluer la situation et voir de quelle assistance les réfugiés ont besoin.

Le Secrétaire général de l'ONU avait déjà condamné hier « les attaques massives lancées contre les civils » (dépêche du 03.11.06).

Dans un rapport publié au début du mois d'octobre, le HCDH avait dénoncé les attaques menées au mois d'août par des centaines de miliciens, appartenant à une tribu arabe et soutenus par le gouvernement du Soudan, sur des dizaines de villages du Darfour, peuplés principalement de tribus africaines (dépêche du 09.10.06).