Darfour : réunion au sommet du Tchad, du Soudan

Afp

Afp, 15 Février 2005

Les présidents du Tchad, du Soudan et de l'Union africaine (UA) doivent se réunir mercredi et jeudi à N'Djamena pour discuter des mesures à prendre pour faire respecter le cessez-le-feu au Darfour (ouest du Soudan).

Selon le porte-parole de la médiation tchadienne Ahmat Allami, cette réunion "regroupera, autour du président Idriss Deby, le président en exercice de l'UA Olusegun Obasanjo, le président de la commission de l'UA Alpha Oumar Konaré et le président soudanais Omar al-Bechir".

La 7ème session de la Commission conjointe de cessez-le-feu sur le Darfour, qui réunit des représentants de la médiation tchadienne, de l'UA, de Khartoum et de deux mouvements rebelles du Darfour, doit se tenir dans la capitale tchadienne parallèlement à la rencontre des chefs d'Etat, a également indiqué M. Allami.

"Tenter de débloquer la mise en oeuvre de l'accord de cessez-le-feu de N'Djamena et les protocoles sécuritaires et humanitaires d'Abuja" constitue l'un des principaux objectifs de la réunion, a expliqué à l'AFP un diplomate tchadien ayant requis l'anonymat.

"Le sommet de N'Djamena vise aussi à créer les conditions propices à une relance du processus de paix, notamment la reprise des pourparlers d'Abuja, et à donner une impulsion aux activités de la commission conjointe sur le terrain", a-t-on ajouté de même source.

Le Tchad, co-médiateur avec l'UA dans le conflit du Darfour, avait proposé lors du sommet de l'UA des 30 et 31 janvier dernier à Abuja la mise sur pied d'une "commission de haut niveau" pour réévaluer la situation et les rapports de forces politiques dans la région soudanaise en guerre.

Le Tchad avait également demandé le report de la reprise des pourparlers intersoudanais d'Abuja, entre Khartoum et deux mouvements rebelles du Darfour, programmés pour la mi-février, jusqu'à la remise des résultats par cette commission.

Les pourparlers d'Abuja ont été suspendus en décembre sur un constat de blocage, notamment sur la question du respect du cessez-le-feu, signé en avril 2004 à N'Djamena, sous l'égide du Tchad, frontalier du Darfour, mais jamais réellement respecté.

L'UA a estimé, début février, que la situation sécuritaire au Darfour s'est "détériorée jusqu'à des degrés effroyables ces quatre derniers mois".

Les combats, déclenchés en février 2003, y ont déjà fait plus de 70.000 morts et environ 1,6 million de déplacés et réfugiés, notamment au Tchad, selon l'Onu.

Une autre réunion sur le Darfour, rassemblant cette fois le Nigeria, président en exercice de l'UA, la Libye, le Tchad, l'Egypte et le Gabon, est prévue immédiatement après celle de N'Djamena au Caire.