Rencontre sur le Darfour de dirigeants de l'UA avec le président soudanais

Afp

Cyberpresse, 05 Novembre 2006

Les dirigeants de l'Union africaine (UA), le président nigérian Olusegun Obasanjo et son homologue soudanais Omar al-Béchir se sont rencontrés dimanche à Pékin pour parler de la crise du Darfour, a rapporté l'agence de presse officielle nigériane NAN.

La crise et le déploiement de forces de paix dans la région ont dominé la réunion, selon des sources diplomatiques citées par l'agence.

Récemment, le président al-Béchir avait déclaré que son pays n'avait "pas d'objections" à ce que la force de l'UA au Darfour (ouest du soudan) dispose de moyens humains supplémentaires avec un mandat renforcé.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a décidé le 31 août l'envoi de Casques bleus -- quelque 17.000 soldats et 3.000 policiers -- pour prendre la relève de la force de l'UA au Darfour, sous-financée et mal équipée, mais le président soudanais s'y oppose.

L'UA espère que Khartoum autorisera la présence de casques bleus dans la région pour relever les soldats de l'UA dont la présence a été prolongée jusqu'à fin décembre.

Le président de la Commission de l'UA, Alpha Oumar Konaré, le président de l'UA Dennis Sassou-Nguesso et le président sénégalais Abdoulaye Wade ont participé à cette réunion, selon NAN.

Le président nigérian avait affirmé en octobre dernier qu'un "génocide" était en train de "se développer" au Darfour, insistant sur la nécessité du déploiement d'une force de paix des Nations unies dans cette région en proie à la guerre civile depuis 2003.

M. Obasanjo, qui visite la Corée du Sud à partir de lundi, devrait aborder la crise du Darfour avec le futur secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-Moon, selon NAN.

Depuis le début du conflit entre une rébellion locale et les milices jandjawid alliées à l'armée soudanaise en février 2003, au moins 200.000 personnes ont péri des effets de la famine, des combats ou de maladie au Darfour. Pas moins de 2,4 millions ont été déplacées, selon l'ONU.