Tony Blair avertit le Soudan que le «moment critique» est venu

Afp

Cyberpresse, 31 Octobre 2006

Le premier ministre britannique Tony Blair a prévenu mardi le Soudan qu'était arrivé pour lui le «moment critique» et qu'il serait isolé internationalement s'il n'agissait pas dans les prochaines semaines pour régler le conflit au Darfour.

«L'important est que nous donnons au président (Omar) el-Béchir une dernière chance de parvenir à un accord ou de faire face aux conséquences d'une isolation croissante et nous sommes arrivés à ce moment critique», a déclaré M. Blair, cité par son porte-parole, après une rencontre à Londres avec le Premier vice-président soudanais, Salva Kiir.

Le Soudan subit une forte pression pour accepter l'envoi urgent d'une force de maintien de la paix de l'ONU au Darfour, région de l'ouest du pays en proie à une guerre civile. M. El-Béchir s'y oppose, considérant qu'elle entraverait la souveraineté soudanaise.

«Ce qui est important est que le gouvernement soudanais n'ait aucun doute sur le sérieux du message», a ajouté le porte-parole de M. Blair. Le Soudan est menacé «d'isolation s'il ne répond pas aux demandes de la communauté internationale», a-t-il ajouté, précisant attendre de «clairs progrès» avant un sommet de l'Union africaine fin novembre.

Le Conseil de sécurité des Nations unies a décidé le 31 août l'envoi d'une force de l'ONU d'environ 17.000 soldats et 3.000 policiers pour prendre la relève de la Mission de l'Union africaine (AMIS), composée de 7200 hommes.

Mais le gouvernement soudanais, qui est accusé de soutenir les djandjawid, les miliciens arabes responsables des violences, a jusqu'ici réussi à s'y opposer.
Selon l'ONU, les combats avec les rebelles et la crise humanitaire ont fait 200 000 morts et quelque 2,5 millions de déplacés depuis le début du conflit en 2003.