Frappes aériennes au Darfour, des villageois abandonnent leurs maisons

Redaction

Afp, 27 Juillet 2011

Des villageois ont dû fuir leurs habitations au Darfour (ouest du Soudan) face à des frappes aériennes qui ont fait au moins un mort, a indiqué mercredi la force de maintien de la paix de l'ONU et de l'Union africaine pour le Darfour (Unamid).

Une patrouille de l'Unamid envoyée sur place à la suite de ces frappes aériennes autour du village de Abou Hamara, dans le sud du Darfour, a indiqué qu'un villageois avait été tué et un autre blessé lors de cette attaque qui a eu lieu il y a deux semaines. Plusieurs habitants ont pris la fuite, a-t-on précisé de même source.

Un porte-parole de l'Unamid s'est refusé à indiquer qui portait la responsabilité de cette attaque mais l'armée soudanaise est généralement considérée comme la seule force dans la région capable de mener des frappes aériennes.

Il n'a pas été possible dans l'immédiat d'interroger des responsables militaires soudanais.

Après une trêve relative dans le conflit du Darfour, qui dure depuis huit ans, des affrontements sporadiques ont repris depuis la fin de l'année dernière entre des groupes rebelles et les forces gouvernementales. Ils ont forcé près de 70.000 personnes à quitter leurs habitations.

Au moins 300.000 personnes ont été tuées et 1,8 million déplacées depuis le début de la guerre du Darfour en 2003 entre des groupes rebelles autochtones et le régime de Khartoum, selon un bilan des Nations unies.

Le gouvernement affirme de son côté que le bilan est de 10.000 morts et affirme que les causes du conflit sont d'origine tribale et liées au banditisme.