Au Soudan, l'ONG Médecins du Monde expulsée du Sud-Darfour

Redaction

Rfi, 11 Février 2011

Au Soudan, ce sont les autorités de cette province de l'ouest du Soudan qui ont ordonné à Médecins du Monde (MDM) de cesser ses activités et qui ont fait arrêter en fin de semaine dernière douze de ses employés. Deux d'entre eux sont d'ailleurs toujours aux mains des autorités locales. Le gouverneur du Sud-Darfour accuse MDM de soutenir l'Armée de libération du Soudan, d'Abdelwahid Nour, l'un des trois groupes rebelles qui combattent le gouvernement au Darfour. MDM de son côté se refuse à tout commentaire.

Médecins du Monde avait été épargné par la colère de Khartoum, il y a deux ans. Il ne faisait pas partie des 13 ONG internationales alors expulsées du Soudan en riposte au mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) contre le président soudanais Omar el-Béchir.

L'association a pu continuer à travailler au Sud-Darfour et plus précisément dans la région montagneuse du Djebel Mara. En 2008, elle avait commencé à y faire fonctionner cinq dispensaires.

Mais les conditions de travail sont devenues de plus en plus difficiles, surtout depuis que de violents combats ont repris l'an dernier entre l'armée et les mouvements rebelles, notamment l'Armée de libération du Soudan d'Abdelwahid Nour.

L'ONG avait dû évacuer son personnel étranger il y a quelques mois. Elle poursuivait ses opérations avec plusieurs dizaines d'employés soudanais. Mais pour eux aussi, l'insécurité, les entraves aux déplacements et les vols de matériel en période de forts combats rendaient la tâche compliquée.

Aujourd'hui, voilà MDM accusé par le gouverneur du Sud-Darfour de soutenir la rébellion d'Abdelwahid Nour. Si Khartoum confirme son expulsion, c'est un témoin des événements du Djebel Mara qui s'en ira et ils sont rares, comme le sont les ONG restées dans cette région qui compte plusieurs dizaines de milliers de déplacés.