Soudan : des affrontements au Darfour poussent des milliers de personnes à fuir

Redaction

Msf, 09 Février 2011


Les équipes de MSF apportent une aide médicale et humanitaire à ces nouveaux arrivants dans les camps de populations déplacées.

De nouveaux combats dans l'Etat du Nord-Darfour ces deux derniers mois entre le gouvernement et des groupes d'opposition ont contraint des milliers de familles à fuir leurs villages. Les équipes de MSF fournissent une assistance à ces populations installées dans différents camps à Shangil Tobaya, Dar Alsalam et Tabit et qui vivent dans des conditions précaires.

« Les gens ont fui dans la précipitation et sont arrivés sans rien d'autre que leurs vêtements. Dans un premier temps, pour se protéger des nuits froides, ils se sont installés dans des abris de fortune faits de leurs vêtements et de végétation. MSF leur a ensuite fourni des abris, des couvertures, du savon et des jerrycans pour répondre à leurs besoins immédiats, explique Cristina Falconi, chef de mission de MSF au Soudan.

Si toute l'attention se focalise actuellement sur les résultats du référendum au Sud-Soudan, nous ne devrions pas perdre de vue les besoins médicaux urgents au Darfour. »


Il y a une dizaine de jours, suite à des combats survenus dans la région de Tabit, MSF a distribué des biens de première nécessité à plus de 500 personnes qui avaient cherché refuge dans la localité voisine de Jerno. Ces affrontements étaient les plus récents d'une série d'accrochages débutée à la mi-décembre avec de lourds combats à Shangil Tobaya. Pendant les hostilités, l'hôpital du ministère de la Santé, soutenu par MSF, a été pris dans des feux croisés, forçant patients et personnel médical à fuir. A la suite de cet incident, quelque 7 000 nouveaux déplacés se sont regroupés dans deux camps près du village de Shangil Tobaya.

Quelques jours après les combats à Shangil Tobaya, les équipes de MSF ont fourni des soins médicaux d'urgence dans les camps pour les nouveaux déplacés. Une clinique, mise en place dans l'un d'eux, assure quelque 100 consultations chaque jour. MSF a également distribué des aliments thérapeutiques à base de lait enrichi en vitamines et minéraux à environ 4 000 enfants de moins de 5 ans. D'autres acteurs de l'aide présents dans la région portent assistance à ces populations.

En parallèle, MSF soutient une campagne de vaccination parrainée par l'Unicef et le ministère de la Santé, destinée à plus de 3 000 enfants et 200 femmes enceintes dans Shangil Tobaya et ses environs.

Par ailleurs, dans le Sud-Darfour, des combats début décembre ont également poussé des milliers de familles à fuir. Une équipe de MSF mène une évaluation des besoins médicaux de centaines de familles déplacées dans la localité de Shaeria. De plus, MSF lance, en collaboration avec le ministère de la Santé, un programme nutritionnel à destination d'une population qui a souffert d'une violence continue et d'un accès limité aux soins de santé.

MSF continue de prodiguer des soins de santé primaires et secondaires au Darfour, dont des soins pédiatriques, reproductifs et psychologiques à Kaguro, Dar Zaghawa, Tawila et Shangil Tobaya.


MSF travaille au Soudan depuis 1979 et y prodigue une assistance médicale gratuite aux personnes souffrant des effets du conflit armé, d'un accès limité aux soins de santé, d'inondations, de sécheresses, d'épidémies ou de malnutrition. Aujourd'hui, MSF continue de fournir une assistance médicale et humanitaire via différents projets dans plusieurs régions du Nord et du Sud-Soudan : Warrap, Jonglei, Nil supérieur, Unité, Bahr-el-Ghazal du nord et occidental, Equatoria central et occidental, Abyei, Mer Rouge, Al-Gedaref, Sud et Nord-Darfour.

En 2009, les sections française et hollandaise de Médecins Sans Frontières ont été expulsées du Nord-Soudan. Les autres sections de MSF sont restées dans le pays. Ce sont elles qui mènent aujourd'hui ces activités au Darfour.