Soudan/élection: Paris "prend acte"

Afp

Le Figaro, 27 Avril 2010


La France "prend acte" des résultats des élections au Soudan, qui ont vu la réélection à la tête de l'Etat d'Omar el-Béchir, même si les scrutins "marqués par de nombreuses irrégularités, ne répondent pas aux normes internationales", a affirmé aujourd'hui le Quai d'Orsay.

"En dépit de ces irrégularités, la tenue de ces élections a permis au Soudan de franchir une étape essentielle dans la mise en oeuvre de l’Accord global de paix signé en 2005, garantie de la stabilité et de la paix au Soudan et dans la région", ajoute dans un communiqué le porte-parole du ministère français des Affaires étrangères, Bernard Valero.

L'accord de 2005, portant sur un partage du pouvoir et des richesses du pays, a été conclu avec les ex-rebelles du sud, dont le chef Salva Kiir est devenu le premier vice-président du Soudan et dont le gouvernement partage les revenus pétroliers avec Khartoum.

"La priorité revient désormais à la préparation des referenda de 2011 pour Abyei et le Sud Soudan, et à la tenue des consultations populaires dans les Etats du Sud Kordofan et du Nil Bleu. La France appelle les deux parties à l’Accord de paix à accroître leurs efforts afin de préparer ces échéances", précise-t-il.

Le président soudanais, sous le coup d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale (CPI) pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité au Darfour, a été réélu lundi avec 68,24% des voix. L'opposition a boycotté le scrutin et n'a pas reconnu les résultats.
"A l’instar de ses partenaires de l’Union européenne, la France rappelle son plein soutien à l’action de la Cour pénale internationale au Soudan", a ajouté Bernard Valero au sujet des poursuites contre Omar el-Béchir.