L’élection de la honte : le chef d’orchestre des massacres du Darfour Omar Al-Bachir a été proclamé Président du Soudan

Bureau National

Sauver Le Darfour, 26 Avril 2010


Le président soudanais Omar Al-Bachir (candidat du Parti du congrès national), sous le coup d'un mandat d'arrêt de la Cour pénale internationale pour crimes de guerre et crimes contre l'humanité, a été reconduit au pouvoir à l'issue des élections du 11 au 15 avril 2010.

La junte au pouvoir qui avait déjà confisqué le pouvoir au lendemain des seules élections libres du pays en 1989 (le parti islamiste n’avait recueilli que 10 % des voix) a réussi à museler son opposition.

Ces élections entachées de nombreuses irrégularités et fraudes sont un affront aux Démocrates soudanais, aux victimes du régime, et à la Cour Pénale Internationale qui a, le 4 mars 2009, incriminé le potentat Béchir.
Dans ce contexte, ces élections ne ramèneront pas la paix et la justice au Soudan et en particulier au Darfour.

Au contraire, ses résultats vont attiser les luttes armées locales d’ici le prochain référendum d’autodétermination du Sud-Soudan (janvier 2011). L’enjeu aujourd’hui étant bien le risque de contagion de la guerre du Darfour et l’éclatement du Soudan.

En effet, les attaques de civils (bombardements répétés sur le Djebel Marra), les entraves à l’aide humanitaire et les enlèvements de membres de la mission de la paix ou d’humanitaires constituent la preuve de la volonté du régime soudanais de poursuivre l’épuration ethnique et faire régner dans le silence : la peur et l’insécurité.

Auprès de la majorité des Soudanais (et en particulier du Sud-Soudan et du Darfour), le régime de Khartoum, dont terreur et brutalité sont le credo, est définitivement illégitime.

L’impunité des crimes d’Omar Al-BECHIR est une honte pour les 300 000 victimes du Darfour et les 2.5 millions de déplacés. Le Procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo, a récemment rappelé que "le gouvernement soudanais continue de commettre des crimes, d'aider et de protéger des personnes recherchées par la Cour, de harceler toutes les personnes considérées comme favorables à la justice".

Face à cette dictature, il n’est plus concevable d’envisager une autre voie que sa mise à l’écart. L’association Sauver le Darfour, SLD www.sauverledarfour.eu demande au Président Français Nicolas Sarkozy, et à l’Union européenne de rejeter les résultats électoraux proclamés et d’isoler le Soudan en durcissant les sanctions économiques à son égard et en facilitant le travail de la Cour Pénale Internationale.

Il convient surtout d’organiser une Conférence de paix internationale pour la paix, la reconstruction et la justice.
Bureau National de Sauver Le Darfour

Contact :

Mahor Chiche
Président de Sauver Le Darfour
06 50 84 02 24
www.sauverledarfour.eu