Darfour: l'échec des négociations relancera les hostilités (médias)

Redaction

Rianovosti, 30 Mars 2010

Le Mouvement pour la justice et l'égalité (MJE), groupe rebelle le plus influent au Darfour, a accusé les autorités soudanaises de bloquer les négociations de paix qui se déroulent à Doha (Qatar), rapporte mardi la version électronique du quotidien Sudan Tribune.

"Le Mouvement est prêt à négocier avec le gouvernement soudanais. Cependant, nous reprendrons les armes si les négociations de Doha n'aboutissent pas", a déclaré mardi le dirigeant du MJE, Khalil Ibrahim, aux journalistes.

Il est arrivé à Doha quelques jours après l'échec des pourparlers au Tchad avec Ghazi Salah al-Din, conseiller du président soudanais pour la paix au Darfour. Le gouvernement tchadien, qui est intervenu en qualité de médiateur, n'a pas réussi à convaincre les négociateurs de s'entendre sur le partage des compétences. N'Djamena a abandonné sa mission, conseillant aux parties de poursuivre les pourparlers à Doha.

"Nous négocions encore, et si le gouvernement veut sérieusement parvenir à la paix, nous y sommes prêts. Mais si nous ne parvenons pas à la paix, notre position est connue et notre but est de changer le régime" du président Omar el-Béchir, a affirmé le leader du MJE.

En 2009, la Cour pénale internationale a délivré un mandat d'arrêt contre le président soudanais accusé de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité.

La guerre civile au Darfour a éclaté en février 2003. Il y a quelque temps, le Mouvement pour la justice et l'égalité a signé avec Khartoum un accord-cadre ouvrant la voie à un accord de paix.