Plus de 237 civils seraient morts dans des combats au Darfour

Afp

Liberation, 02 Mars 2010


La rébellion d'Abdel Wahid al-Nour, qui refuse de s'engager dans le processus de paix avec Khartoum, affirme que l'armée soudanaise a tué plus de 237 civils lors d'une offensive dans son fief du Jebel Marra.

La fin de la guerre au Darfour a beau avoir été proclamée par le président soudanais Omar al-Béchir la semaine dernière, de violents combats ensanglantent encore la région, notamment dans la zone du Jebel Marra. Cette région montagneuse est le fief du Mouvement de libération du Soudan (MLS) d'Abdel Wahid al-Nour.

Ce dernier - au contraire du Mouvement pour la justice et l'égalité (MJE), le plus puissant des mouvements rebelle - a refusé de s'engager dans le processus de paix avec Khartoum. Une attitude qui a déclenché l'intervention de l'armée soudanaise dans le sanctuaire du Jebel Marra.

Selon Ibrahim al-Hillu, haut responsable de l'Armée de libération du Soudan d'al-Nour (SLA), plus de 237 civils sont morts lors de combats récents contre l'armée soudanaise. Ce bilan n'a pas pu être confirmé par l'ONU, faute d'avoir eu accès aux zones touchées.

«Il y a encore eu des combats aujourd'hui. Des avions Antonov bombardent la zone jour et nuit», a ajouté Ibrahim al-Hillu à l'AFP lundi. L'armée soudanaise, qui avait nié toute participation à ces combats, a reconnu des accrochages avec la rébellion, mais n'a pas confirmé le bilan de 237 morts.
L'ONU souhaite un accès à la zone

«Le SLA-Abdelwahid n'a pas de base organisée dans le Jebel Marra, ce sont des combattants qui tentent des embuscades, qui braquent des véhicules. Il y a parfois des affrontements entre ces hommes et les forces armées», a déclaré à l'AFP, un porte-parole de l'armée soudanaise, jugeant «erronés» les bilans de la rébellion.

L'ONU, pour sa part, n'a pas pu confirmer le bilan des combats car elle n'a pas de personnel sur place. Les casques bleus de la mission ONU-Union africaine au Darfour (Minuad) n'ont également pas pu sillonner le Jebel Marra, dont l'accès leur est refusé par le MLS.

Les organisations humanitaires internationales ont également indiqué ne pas avoir eu accès à la zone des combats. Selon l'ONG française Médecins du Monde (MDM), les combats récents dans l'est du Jebel Marra ont forcé le déplacement de quelque 100.000 personnes. Cette ONG a suspendu ses activités dans le secteur.

«Je doute qu'il y ait tant de décès parmi les civils parce que la population avait fui avant le début des combats», a toutefois dit un responsable humanitaire sous le couvert de l'anonymat.

Les agences humanitaires de l'ONU souhaitent obtenir du gouvernement soudanais l'autorisation de se rendre dans la zone des combats afin d'évaluer la situation. «Deux ou trois jours d'accès seraient nécessaires afin de faire une évaluation rapide et fournir une aide pour les cas les plus urgents», a indiqué lundi soir Ocha dans un communiqué sur la situation au Darfour.