Darfour: l'armée dit contrôler le Jebel Marra, la mission de paix critiquée

Afp

Le Monde, 08 Mars 2010

L'armée soudanaise a affirmé lundi avoir pris le contrôle du Jebel Marra, zone stratégique au coeur du Darfour, et a critiqué la mission de paix pour ne pas avoir écouté ses conseils, ce qui a mené selon elle à la brève capture de Casques bleus par des "rebelles".

"Actuellement, nous (...) contrôlons l'ensemble du Jebel Marra. Il y a encore des accrochages de temps en temps, mais cela n'a aucun impact sur le rapport de force dans ce secteur", a déclaré Sawarmi Khaled Saad, porte-parole de l'armée soudanaise, lors d'une conférence de presse à Khartoum.

Un haut responsable de l'Armée de libération du Soudan d'Abdelwahid Nour (SLA-Abdelwahid, rebelles) a démenti.

"Cela n'est pas vrai. Nous contrôlons l'ensemble du Jebel Marra", a rétorqué Ibrahim al-Hillu dans un entretien téléphonique avec l'AFP.

Des combats ont opposé le SLA-Abdelwahid et les forces armées soudanaises dans le Jebel Marra, considéré comme un fief de la rébellion. Ce groupe est l'un des deux grands mouvements rebelles du Darfour avec le Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM). Contrairement à ce dernier, il demeure opposé au processus de paix de Doha.

La rébellion a fait état lundi de plus de 200 morts parmi la population civile alors que l'ONG française Médecins du Monde (MDM) chiffre à quelque 100.000 le nombre de personnes déplacées par les combats récents au Jebel Marra.

La mission de paix ONU-Union africaine au Darfour (Minuad) et les agences humanitaires de l'ONU n'ont pu confirmer ou infirmer ces bilans, ne disposant pas de personnel sur le terrain.

Une patrouille composée de plus de 60 hommes -des observateurs militaires, des policiers et des forces de protection armées- avait par ailleurs été prise dans une embuscade vendredi par des hommes armés alors qu'elle tentait de se rendre à Déribat, ville du Jebel Marra, théâtre de violents combats.

La patrouille a été relâchée le lendemain et ses hommes sont sains et saufs. "La Minuad avait demandé la permission de se rendre de la ville de Kass à Déribat. Le comité de sécurité du Darfour-Sud lui avait dit de ne pas y aller, puis avait conseillé d'emprunter la route qui passe par al-Mellam", conseil qui n'a pas été suivi, a dit le porte-parole.

"Ils ont donc été la cible d'une embuscade d'un groupe rebelle du SLA", a-t-il affirmé. Ceux-ci ont pris "sept 4x4 (...), 53 kalachnikov et 10 appareils de télécommunication".

Le SLA-Abdelwahid, qui refuse en général aux Casques bleus l'accès à ses zones, a nié être impliqué dans cette affaire. "C'est le gouvernement soudanais qui a fait ça parce qu'il ne veut pas que la communauté internationale voit les crimes qu'ils ont commis", a affirmé M. Hillu.

Des humanitaires contactés par l'AFP ont dit craindre que la mésaventure des Casques bleus retarde l'arrivée d'observateurs impartiaux au Jebel Marra pour évaluer la situation sanitaire, humanitaire et en matière de sécurité.