Le Sud-Soudan menacé par la guerre civile, selon des ONG

Redaction

Afp, 07 Janvier 2010

Le Sud-Soudan pourrait retomber dans la guerre civile si la communauté internationale n'intervient pas pour sauvegarder les acquis de l'accord de paix de 2005, mettent en garde dix organisations humanitaires dans un rapport intitulé Sauver la paix au Sud-Soudan, publié à Londres. La combinaison de violences, de tensions politiques et d'une extrême pauvreté a porté le Sud-Soudan au bord de l'implosion, à l'approche du 5e anniversaire de cet accord, estiment ces dix ONG. "Nous avons observé l'an passé une hausse des violences dans le sud du Soudan. Cela pourrait encore s'aggraver et devenir l'une des plus grosses urgences en Afrique en 2010", estime l'une des co-auteurs du rapport, Maya Mailer, d'Oxfam.

Le nord du Soudan, majoritairement musulman, et le sud, en grande partie chrétien et animiste, ont signé en 2005 l'accord de paix global (CPA), qui a mis fin à une guerre civile de plus de vingt ans à l'origine de deux millions de morts. En 2009, environ 2 500 personnes sont mortes et 350 000 ont été déplacées en raison des combats tribaux au Sud-Soudan. Les dix ONG accusent la communauté internationale d'avoir délaissé un pays où, selon elles, les femmes et les enfants sont de plus en plus régulièrement pris pour cibles et où les forces de maintien de la paix sont impuissantes.

Les premières élections multipartites depuis 1986, prévues en avril 2010, et le référendum d'autodétermination prévu en 2011 au Sud-Soudan pourraient fournir le prétexte à de nouvelles flambées de violence, redoutent les ONG. Elles plaident pour que la Mission des Nations unies au Soudan (Unmis) fasse de la protection des civils une de ses priorités et que la communauté internationale joue un rôle de médiateur entre les partis du Nord et du Sud afin d'éviter les tensions.

Plus de 130 morts dans des violences tribales

Des violences tribales ont fait au moins 139 morts lors d'une attaque menée dans une région isolée du Sud-Soudan. Des combattants de la tribu Nuer ont tué 139 personnes d'une tribu rivale et en ont blessé 54 autres, a dit le gouverneur adjoint de la province de Warrap.

Les assaillants s'en sont pris à des bergers de la tribu Dinka à Tonj, l'une des zones les plus isolées du Sud-Soudan, samedi, et se sont emparés d'environ 5 000 têtes de bétail.