Le Soudan dément avoir bombardé des localités tchadiennes

Afp

Le Monde, 28 Octobre 2006

Le Soudan a démenti avec force samedi que ses forces aériennes aient bombardé vendredi des localités tchadiennes, comme l'affirment les autorités de N'djamena.

"Ces accusations sont sans fondement. Nous n'avons pas de forces aériennes dans la partie du Soudan proche de ces localités et aucune intention d'escalade avec le Tchad", a déclaré à l'AFP le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Ali al-Saddek.

"Nous nous étonnons du recours par le Tchad à de telles accusations en ce moment", a-t-il ajouté, en allusion aux pressions exercées sur Khartoum pour accepter des forces de l'ONU dans la région occidentale du Darfour, en guerre civile, limitrophe du Tchad.

Dans un communiqué, le porte-parole du gouvernement tchadien Moussa Doumgor a affirmé que "l'aviation soudanaise a pris comme cibles les localités tchadiennes de Bahaï, Tiné, Karyari et Bamina (est), détruisant des habitations de paisibles citoyens tchadiens et semant le désarroi au sein des populations de ces localités frontalières tchadiennes".

Sans faire état de pertes humaines, le porte-parole a ajouté que "Le gouvernement tchadien attend de l'Union africaine, de la Cen-Sad (Etats sahélo-sahariens) et de l'ONU la condamnation de ces bombardements dirigés contre de paisibles citoyens tchadiens et qu'elles oeuvrent pour faire cesser les agressions répétées contre le Tchad".

Le gouvernement soudanais a assuré jeudi n'avoir "rien à voir" avec des combats entre rebelles tchadiens et forces gouvernementales, après avoir été accusé par N'djamena de soutenir les rebelles tchadiens de l'Union des forces pour la démocratie et le développement (UFDD).

Ces rebelles ont repris le 22 octobre leurs opérations militaires contre le régime du président Idriss Deby Itno, au pouvoir depuis 1990.

Les accusations tchadiennes et les démentis soudanais interviennent trois mois seulement après la réconciliation officielle entre les deux pays.