Des miliciens Djandjawid saccagent un camp de déplacés au Darfour

Par Panapress

Afrik.com, 04 Décembre 2008



La tristement célèbre milice des Djandjawid a mené un raid contre un camp de déplacés internes au Darfour pour protester contre l’arrestation d’un de ses membres, accusé d’avoir tué un de ses camarades, a rapporté l’UNAMID.

La force mixte de l’Union africaine et de l’ONU au Darfour, a indiqué dans un communiqué mercredi que des miliciens Djandjawid ont attaqué le camp de déplacés d’Hassa Hissa, près de Zalingei au Darfour, pour protester contre l’arrestation d’un de leurs collègues.

La police soudanaise a arrêté un milicien soupçonné d’avoir tué un de ses camarades lundi lors d’une bagarre.

L’UNAMID a déclaré que ses agents enquêtant sur l’incident ont découvert que les deux miliciens Djandjawid s’étaient battus et que l’un d’eux avait tué l’autre d’un coup de pistolet. La police a arrêté le survivant.

Les responsables de l’UNAMID ont ajouté qu’une enquête était en cours pour déterminer les autres aspects de l’incident.

Les raids des Djandjawid au Darfour ont entraîné la destruction de nombreux biens, dont de nombreuses pompes à eau qui ont été incendiées.

"Après cet incident, une trentaine de Djandjawids armés ont marché sur le camp, en tirant en l’air", a indiqué l’UNAMID dans son compte-rendu quotidien obtenu à Khartoum.

Elle a ajouté qu’au cours de cette attaque, un déplacé a été légèrement blessé et a dû être évacué à l’hôpital de Zalingei, tandis que cinq pompes à eau approvisionnant le camp ont été incendiées par les Djandjawids.

Par ailleurs, l’émissaire spécial adjoint de l’UNAMID, M. Henry Anyidoho et d’autres responsables de l’UNAMID se sont rendus dans le camp de Kalma, près de Nyala dans le Sud, afin de trouver une solution aux problèmes de sécurité dans la région.

Le camp de Kalma, qui a également fait l’objet récemment d’attaques injustifiées de la part des forces gouvernementales, continue à accueillir de plus en plus de déplacés.

Ce camp abrite 88.000 déplacés arrachés à leurs foyers après plusieurs années de combats dans la région du Darfour dévastée par la guerre.

M. Anyidoho a rencontré les responsables religieux du camp (les Cheikh) pour discuter avec eux de la situation sécuritaire qui prévaut et également les encourager à rencontrer les forces gouvernementales pour y remédier.