L'Onu enquête sur de possibles violations de la trêve au Darfour

Version Française, Jean-loup Fiévet

L'express, 19 Novembre 2008


Ban Ki-moon a annoncé que les Nations unies enquêtaient sur des allégations de bombardements aériens au Darfour en violation du cessez-le-feu unilatéral proclamé par le gouvernement soudanais.

Camp de réfugiés au Darfour. Les Nations unies enquêtent sur des allégations de bombardements aériens au Darfour en violation du cessez-le-feu unilatéral proclamé par le gouvernement soudanais. (Reuters/Michael Kamber)

Imprimer l'article Envoyer par email Modifier le texte
Dans une déclaration diffusée par son service de presse, le secrétaire général indique avoir reçu "des informations troublantes" sur des raids aériens aux abords de Kutum, au Nord-Darfour, ainsi que des allégations de combats au Darfour-Ouest limitrophe du Tchad.

"(Ban) prend ces informations très au sérieux et appelle toutes les parties à s'abstenir de reprendre les hostilités, à respecter l'esprit du cessez-le-feu récemment décrété par le gouvernement central de Khartoum et à coopérer avec la Mission de l'Onu et de l'Union africaine au Darfour (Minuad) lors de l'enquête ouverte sur ces allégations".

La semaine dernière, le président Omar Hassan al Bachir, accusé d'orchestrer une campagne de génocide au Darfour, avait annoncé un cessez-le-feu sans condition dans cette région de l'ouest du Soudan grande comme la France où l'armée, appuyée par des milices arabes, affronte des groupes rebelles depuis plus de cinq ans.

L'armée soudanaise a reconnu faire le coup de feu contre ce qu'elle appelle des "bandits armés" au Darfour depuis le début de la trêve mais elle nie qu'il s'agit-là d'une violation du cessez-le-feu.

Les insurgés darfouriens accusent quant à eux les militaires gouvernementaux de bombarder les territoires placés sous leur contrôle.

Par ailleurs, le procureur en chef de la Cour pénale internationale, Luis Moreno-Ocampo, qui a demandé en juillet à la CPI d'inculper le chef de l'Etat soudanais pour crimes de guerre au Darfour, devrait annoncer ce jeudi son souhait d'inculper plusieurs rebelles pour des attaques l'an dernier contre des militaires de la force de l'Union africaine.