Darfour : la priorité pour la MINUAD est d'être déployée à 80% d'ici à mars 2009, selon Le Roy

Centre De Nouvelles De L'onu

Onu, 28 Octobre 2008


Le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux opérations de maintien de la paix, Alain Le Roy, a estimé mardi que la priorité pour l'Opération hybride Union africaine-Nations Unies au Darfour (MINUAD) était d'être déployée à 80% d'ici à mars 2009.
« L'une de nos plus grandes priorités est d'atteindre les objectifs décrits dans le rapport du Secrétaire général, c'est-à-dire un déploiement à 60% d'ici la fin de l'année et à 80% d'ici à mars 2009 », a dit M. Le Roy lors d'un exposé devant le Conseil de sécurité.

La Secrétaire générale adjointe à l'appui logistique, Susana Malcorra, a estimé pour sa part qu'il était possible de réaliser les nouveaux objectifs fixés en matière de déploiement mais a jugé la tâche très difficile en raison de l'ampleur des difficultés logistiques.

« Il y a environ 6.000 conteneurs, remplis d'équipements destinés à la MINUAD qui se trouvent actuellement au centre logistique des Nations Unies à El Obeid, dans le centre du Soudan. Ces conteneurs sont à 800 kilomètres d'El Fasher, 800 kilomètres de routes étroites et en terre que ne peuvent pas emprunter les gros camions lors de la saison des pluies qui vient de se terminer le mois dernier », a-t-elle expliqué.

Elle a jugé que le transport de cet équipement était indispensable au succès de la Mission et que des progrès avaient été réalisés avec quatre nouvelles compagnies de transport utilisées pour augmenter le transport de conteneurs d'El Obeid vers le Darfour. Les équipements hautement prioritaires sont envoyés par avion et le transport ferroviaire est aussi de plus en plus souvent utilisé, a-t-elle ajouté.

Alain Le Roy, qui s'est rendu au Darfour récemment, du 8 au 11 octobre, a affirmé que des progrès avaient été réalisés, en voulant pour preuve le super-camp de Nyala dont la construction est bientôt achevée et les patrouilles 24 heures sur 24 de la police de la MINUAD dans le camp de Kalma. « Ce sont les signes que la Mission prend forme », a-t-il dit.

Il a toutefois jugé qu'il restait encore beaucoup à faire. « Il y a encore des sites où les hommes et les femmes de la MINUAD sont gravement sous-équipés et vivent et travaillent dans des conditions extrêmement difficiles », a-t-il dit, citant l'exemple de soldats rwandais à Labado tentant de faire de leur mieux malgré l'absence d'équipements essentiels.

M. Le Roy a noté également qu'il y avait encore des combats, des déplacements de population et des viols au Darfour. La criminalité est très élevée dans cette région, a-t-il ajouté. « La MINUAD ne résoudra pas les problèmes du Darfour, elle peut seulement contribuer à la solution », a-t-il dit. Il a estimé que les récentes violences dans le Nord-Darfour étaient profondément inquiétantes. « A moins d'un changement profond des intentions des parties, je crains que nous ne nous rencontrions pour discuter du Darfour encore pendant de nombreux mois », a dit Alain Le Roy au Conseil de sécurité.