Darfour: Omar el-Bechir n'exclut pas la guerre en cas d'inculpation par la CPI

Redaction

Ap, 20 Août 2008


Le président soudanais Omar el-Bechir a déclaré mercredi qu'il n'hésiterait pas à entrer en guerre et à contraindre les soldats de la paix à quitter le Darfour si la Cour pénale internationale (CPI) l'inculpait formellement de génocide et crimes de guerre dans la province de l'ouest du Soudan.

Dans un entretien accordé à la chaîne de télévision Al-Arabiya lors d'une visite en Turquie, Omar el-Bechir a assuré qu'il ne céderait pas à la pression internationale et ne permettrait pas que des citoyens soudanais soient remis à la CPI.

"Nous sommes prêts à en passer par la guerre contre le grand pouvoir pour protéger les citoyens soudanais", a-t-il déclaré, sans préciser le terme "grand pouvoir". Il a ajouté que le gouvernement soudanais demanderait aux soldats de la paix internationaux de quitter le Darfour si un mandat d'arrêt était formellement lancé contre lui.

Le procureur de la CPI a requis le 14 juillet dernier l'inculpation du président soudanais pour génocide et crimes de guerre dans le conflit du Darfour. Luis Moreno-Ocampo a aussi demandé au tribunal basé à La Haye d'émettre un mandat d'arrêt à l'encontre d'Omar el-Béchir, mais il peut s'écouler des semaines avant que la cour ne rende sa décision.

La visite en Turquie d'Omar el-Bechir était sa première à l'étranger depuis la demande d'inculpation de Luis Moreno-Ocampo.