Des dizaines de morts au Darfour dans des combats, selon les rebelles

Redaction

Afp, 07 Septembre 2008

Des rebelles de l'Armée de libération du Soudan (SLA) ont affirmé dimanche que des combats avec l'armée soudanaise avaient fait des dizaines de morts dans la province du Darfour (ouest) en proie à la guerre civile.

Les affrontements se poursuivaient dans la région du Jebel Marra, dans le nord du Darfour, où les soldats gouvernementaux appuyés par quatre hélicoptères et deux avions ont lancé une attaque samedi, selon la rébellion.

"Ils attaquent nos positions au moment où je vous parle", a dit Salah Bob, un commandant de la faction de la SLA dirigée par l'opposant Abdel Wahid Mohammed Nour qui vit en exil à Paris.

"Ce sont des soldats du gouvernement et nous répliquons", a-t-il dit depuis Kejadam, dans l'est du Jebel Marra.

Les rebelles ont affirmé que les soldats et les milices alliées de Khartoum avaient lancé une attaque autour des villes de Disa, Birmaza et Tawila.

"Nous avons vu 63 corps, tous de la SLA ou de l'armée gouvernementale", a dit Ibrahim al-Hillo, un commandant de la même organisation rebelle parlant depuis le Darfour.

"Plus de 20 civils ont été tués, mais les parents qui cherchent à contacter leur famille n'y arrivent pas, et il pourraient y en avoir plus", a-t-il déclaré.

Abdel Wahid Mohammed Nour a affirmé à l'AFP que les "attaques aériennes et attaques de (miliciens arabes) Janjawids" avaient fait "plus de 40.000 déplacés" qui ont fuit "280 villages" dans la région de Disa et Birmaza.

Il a qualifié ce déplacement de population de "désastre humanitaire" alors que la situation était critique en raison de la saison des pluies. Le chef rebelle a appelé la communauté internationale à intervenir de toute urgence au Darfour pour mettre fin au "génocide" commis par le gouvernement soudanais et aider les déplacés.

Selon la mission de l'ONU et de l'Union africaine au Darfour (Minuad), des informations non confirmées provenant du Darfour-nord indiquent que le gouvernement a lancé "des attaques généralisées".

Près de 120 véhicules tout-terrains et des camions transportant des troupes gouvernementales "lourdement armées" ont été repérées près de Malha, à 180 kilomètres au nord-est des combats présumés, a affirmé dimanche la Minuad dans un communiqué.

Deux hélicoptères d'attaque s'étaient posés à Kutum, quelques 70 kilomètres au sud des combats présumés de samedi, a ajouté la force.

L'armée n'a pas fait de déclaration mais un porte-parole cité par des médias soudanais a affirmé qu'il n'y avait pas d'opération en cours.

Le 25 août, une attaque de l'armée soudanaise dans le camp de Kalma, près de Nyala (sud du Darfour), avait fait une trentaine de morts parmi les déplacés, dont des femmes et des enfants, selon des rebelles et des témoins.

Le conflit au Darfour, où s'affrontent depuis 2003 forces gouvernementales appuyées par des milices arabes et mouvements rebelles, a fait jusqu'à 300.000 morts, selon l'ONU, quelque 10.000 selon Khartoum.

Mi-juillet, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI) a demandé aux juges de la CPI d'émettre contre le président soudanais Omar el-Béchir un mandat d'arrêt international pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité au Darfour.

Khartoum nie en bloc ces accusations.