Soudan: un policier ougandais de la Minuad retrouvé mort au Darfour

Redaction

Afp, 29 Avril 2008

Un policier ougandais de la Minuad, la force conjointe de l'ONU et de l'Union africaine (UA) déployée dans la province soudanaise du Darfour, a été retrouvé mort, atteint de plusieurs balles, a déclaré jeudi le porte-parole de cette force.

"Hier soir (mercredi), nous avons malheureusement retrouvé l'un de nos policiers mort dans son véhicule", a affirmé Noureddine Mezni.

"Il a été retrouvé avec des blessures par balle sur tout le corps. Nous enquêtons sur les circonstances de sa mort", a-t-il ajouté.

Le policier, de nationalité ougandaise, a été retrouvé près du marché de Zamzam, dans la ville d'Al-Facher, capitale du Darfour nord et siège de la Minuad, a-t-il précisé.

C'est la première fois qu'un membre de la Minuad est tué depuis que la force a pris officiellement en début d'année le relais de l'ancienne force de la mission africaine, l'Amis.

"Nous avons eu trois morts naturelles auparavant", a déclaré M. Mezni.

L'Amis, déployée en 2004, avait perdu une soixantaine de ses éléments pendant son mandat.

A Kampala, une porte-parole de la police ougandaise a exigé "une enquête rapide pour faire la lumière" sur l'affaire. "Mais l'Ouganda est décidé à poursuivre la mission qui nous a amenés au Darfour pour le bien commun de la population", a précisé à l'AFP Judith Nabakooba.

La Minuad a été créée par le Conseil de sécurité en juillet 2007 pour protéger la population du Darfour, province de l'ouest du Soudan grande comme la France ravagée par une guerre civile depuis cinq ans.

Le déploiement de cette force, qui doit compter au total quelque 26.000 hommes --19.500 soldats et 6.500 policiers-- rencontre de nombreuses difficultés, logistiques et politiques.

Elle ne dispose au sol pour l'instant que d'environ 9.200 soldats et policiers, ainsi que 1.300 civils.

"Nous ne sommes même pas la moitié de ce que nous devrions être", a déploré devant la presse le commandant de la force, Martin Agwai, soulignant que la Minuad manquait toujours cruellement de moyens aériens.

Il a confirmé que le déploiement des premières troupes, deux bataillons égyptien et éthiopien, était prévu d'ici fin juin.

"Il s'agirait de deux premiers nouveaux bataillons depuis le début de la mission", dans la mesure où les autres troupes appartenaient à l'Amis, a-t-il relevé.