Darfour: appels au déploiement rapide de la force ONU-UA

Redaction

Afp, 11 Mars 2008

Les membres du Conseil de sécurité de l'ONU ont exprimé mardi leur préoccupation devant la poursuite des combats au Darfour et appelé à l'accélération du déploiement d'une force de paix ONU-Union africaine (UA) qui se heurte toujours à des obstacles.

Le Conseil a entendu un compte-rendu sur ce déploiement laborieux au Darfour de la mission, la Minuad, de la part du sous-secrétaire général de l'ONU pour les opérations de maintien de la paix, Edmond Mulet.

L'ambassadeur de Russie, Vitaly Tchourkine, président du Conseil ce mois-ci, a ensuite indiqué à la presse que les Etats membres avaient "exprimé une profonde préoccupation" concernant la poursuite des combats dans la province soudanaise et la difficile situation qui y prévaut sur les plans sécuritaire et humanitaire.

"Les membres, selon lui, ont "réitéré la nécessité d'un déploiement le plus rapide possible de la Minuad et exhorté toutes les parties concernées à coopérer avec l'ONU et l'UA à cette fin."

Toutes les parties soudanaises ont aussi été appelées à observer un cessez-le-feu et à respecter les normes du droit humanitaire international.

Dans son compte-rendu, M. Mulet a déclaré que la Minuad était "encore loin d'avoir une présence significative sur le terrain" et était toujours handicapée par "l'insécurité, des niveaux variables de coopération de la part du gouvernement (soudanais), des contraintes logistiques et un déficit d'effectifs".

Au 10 mars, a-t-il dit, la force avait 9.178 personnels en uniforme sur le terrain et 1.312 civils.

La Minuad doit compter au total 26.000 personnels, pour protéger la population civile d'une région de la taille de la France, ravagée par une guerre civile depuis février 2003.

M. Mulet a réitéré l'appel maintes fois lancé par son département aux Etats membres de l'ONU, pour qu'ils fournissent les équipements jugés indispensables au succès de la mission, notamment des hélicoptères de transport et tactiques destinés à lui assurer mobilité et puissance de feu.

"A l'exception d'une promesse par l'Ethiopie de quatre hélicoptères tactiques légers, nous n'avons toujours pas d'offre crédibles d'hélicoptères de transport et des autres hélicoptères tactiques nécessaires, d'appareils de reconnaissance et d'unités logistiques", a-t-il dit au Conseil.

En cinq ans, le conflit au Darfour a fait près de 200.000 morts, selon des organisations internationales, et plus de deux millions de déplacés. Khartoum conteste ce bilan et chiffre le nombre des victimes à 9.000.