Konaré appelle le Soudan à faciliter le déploiement de l'UNAMID

Redaction

Afrique En Ligne, 29 Décembre 2007


Le président de la Commission de l'Union africaine (UA), Alpha Oumar Konaré, a invité les autorités soudanaises à faciliter le déploiement d'une Mission conjointe de maintien de la paix de l'ONU et de l'UA au Darfour (UNAMID), insistant sur la nécessité de trouver une solution politique à la crise dans cette région.

S'exprimant lundi au cours d'une visite d'une journée à El Fasher, dans le nord du Darfour, il affirmé que, malgré ses limites financières et en personnel, l'UA n'abandonnera jamais les populations du Darfour et du Soudan jusqu'à ce que la paix règne dans tout le pays.

M. Konaré a invité les groupes rebelles du Darfour à se joindre aux négociations de paix parrainées par l'UA et l'ONU qui se tiennent à Syrte, en Libye.

"Au lieu de blâmer les étrangers pour leur lenteur à tenir leurs promesses, les Soudanais doivent se rendre compte que la responsabilité de mettre fin aux violences dans leur pays leur incombe en premier", a-t-il déclaré.

"Ils doivent arrêter de commettre des actes cruels contre leurs propres populations et de se livrer à des violences contre les enfants et les femmes. Les Soudanais doivent mettre fin aux agressions délibérées contre les soldats de la paix et contre le personnel humanitaire qui est là pour les aider", a ajouté M. Konaré.

"Les mouvements rebelles doivent se joindre au processus de paix, observer le cessez-le-feu et le respecter sur le terrain", a poursuivi le président de la Commission de l'UA.

Il s'était rendu à El Fasher pour faire ses adieux au personnel de la Mission de l'UA au Soudan (AMIS) avant son transfert officiel à l'UNAMID, le 31 décembre.

"Je suis fier de vous déclarer que vous avez fait tout ce qui a été en votre pouvoir afin de permettre à l'Afrique de tenir ses engagements en s'impliquant dans le processus de paix au Soudan. Vous avez accompli cette tâche malgré toutes les difficultés dans le cadre desquelles certains des nôtres ont perdu la vie", a déclaré M. Konaré au personnel de l'AMIS.

"Nous ne permettrons jamais plus d'attaques contre les civils ni de violences contre des enfants et des femmes innocents", a-t-il ajouté, rappelant la mort de 10 soldats de l'AMIS, le 29 septembre dernier à Haskanita, dans le sud du Darfour, suite à l'attaque de leur camp par des rebelles présumés.

M. Konaré s'est déclaré optimiste sur le fait que la mission de l'UNAMID démarrerait sans difficulté et serait accomplie dans l'intérêt de tous les Soudanais et du continent africain.

Déployée au Darfour depuis juin 2004, l'AMIS est composée 9.000 militaires, policiers et civils de différentes nationalités.

"Il n'a jamais été facile pour l'UA de déployer une telle force. C'est la première expérience de l'UA en matière d'opération de maintien de la paix qui a nécessité la mobilisation de beaucoup de ressources, de financements et de personnel", a dit M. Konaré.

En soulignant l'engagement de l'UA à trouver une solution au conflit du Darfour, M. Konaré a révélé que l'UNAMID fonctionnerait avec un budget annuel d'environ deux milliards de dollars américains.

Il a indiqué que la sécurité et la stabilité à la frontière soudano- tchadienne seraient pour beaucoup dans la paix au Darfour.

"Parvenir à un accord de paix au Darfour est essentiel. Alors, tout changera. C'est ce à quoi nous aspirons car il ne peut y avoir de solution militaire à ce conflit", a-t-il déclaré, estimant que le peuple soudanais doit s'engager à mettre fin à la violence.

Avant de rentrer à Addis-Abeba, M. Konaré s'est entretenu à Khartoum, la capitale du Soudan, avec le président Omar el-Béchir.