Soudan: le SLM place ses troupes en "état d'alerte maximale"

Afp

Le Monde, 18 Novembre 2007

Les rebelles du Darfour ont indiqué avoir placé dimanche leurs combattants en "état d'alerte maximale" au lendemain d'un discours du président Omar el-Béchir dans lequel il appelé à mobiliser des supplétifs de l'armée qui avaient combattu contre les sudistes.

De son côté, le Mouvement de libération du peuple du Soudan (SPLM - sudiste) a regretté, sans se référer à ce discours, le "retour dans le langage du Parti du congrès national (NCP - de M. Béchir) à la rhétorique guerrière".

"Le Mouvement de libération du Soudan (SLM)-Unité décrète l'état d'alerte maximale parmi ses troupes à la suite des déclarations du président soudanais sur l'ouverture de camps d'entraînement des Forces de défense populaire", annonce le mouvement dans un communiqué reçu par l'AFP au Caire.

"Nous assimilons cette décision à une déclaration de guerre globale au Soudan", a poursuivi le mouvement rebelle du Darfour, région de l'ouest du Soudan, en guerre civile depuis février 2003, et qui refuse de négocier avec le gouvernement de Khartoum.

La guerre au Darfour et ses conséquences ont fait quelque 200.000 morts selon des organisations internationales et plus de 2 millions de déplacés. Khartoum conteste le chiffre des morts, parlant de seulement 9.000.

"Le mouvement met en garde le gouvernement soudanais contre l'ouverture de camps d'entraînement au Darfour et affirme qu'il les considèrerait comme une cible militaire", affirme le texte du SLM-Unité.

Le président soudanais a ignoré les appels à la dissolution de ces forces et appelé samedi à ouvrir des centres d'entraînement à travers le pays afin de "préserver la paix" avec le sud, sur fond de dispute avec le SPLM.

Ces forces avaient combattu dans le sud durant la guerre contre le SPLM.

Ce dernier mouvement en conflit depuis le 11 octobre avec les nordistes sur l'application de l'accord de paix de 2005, qui avait mis fin à la guerre dans le sud, demande la dissolution de ces forces, les qualifiant de "milice" du NCP alors que Khartoum les considère comme faisant partie de l'armée.

Dans un communiqué publié tard samedi, le secrétaire général du SPLM, Bagan Amum a affirmé que son mouvement était attaché à l'accord de paix globale (CPA) et ne voulait pas "d'un retour à la guerre".

Il a ajouté, sans se référer au discours de M. Béchir, que son mouvement "regrette profondément le retour à la rhétorique guerrière dans le discours des responsables du NCP".

M. Amum a ajouté que le SPLM était prêt à reprendre les discussions politiques avec le NCP sur l'application de l'accord de paix.