A New York, mobilisation oecuménique contre le "génocide"

Corine Lesnes

Le Monde, 15 Septembre 2006

Début septembre, le sénateur américain Barack Obama était au Tchad, auprès des réfugiés du Darfour. Elu depuis deux ans, considéré comme l'un des espoirs du Parti démocrate, M. Obama a attaché son nom à la cause du Darfour, une cause qui, aux Etats-Unis, rassemble les jeunes et les stars, de George Clooney à Angelina Jolie.

Le jeune sénateur est l'auteur avec le républicain Sam Brownback, un conservateur chrétien, d'une proposition de loi visant à réclamer une présence internationale et à imposer des sanctions ciblées contre "les principaux auteurs du génocide". A eux deux, ils symbolisent le rassemblement oecuménique qui s'est effectué autour du drame du Darfour.

"Généralement, sur les questions de politique étrangère, la droite et la gauche sont divisées. Le Darfour est une question qui suscite un consensus très large", explique Barack Obama, interrogé mardi 12 septembre à son bureau du Sénat, en marge d'un entretien avec le ministre français Nicolas Sarkozy, en visite à Washington. Chacun a ses raisons. Les évangélistes se sont intéressés au Darfour – où la population est musulmane – dans la foulée de leur engagement envers les chrétiens du sud, longtemps persécutés par le régime de Khartoum. Les jeunes sont sensibles à une cause purement humanitaire. Les Afro-Américains, traditionnellement engagés dès qu'il s'agit d'un conflit africain, sont finalement les moins visibles, même si c'est sous la pression des parlementaires noirs que Colin Powell, en septembre 2004, a qualifié les massacres de "génocide".

Le principal moteur de la mobilisation est en fait la communauté juive. Elie Wiesel, le Prix Nobel, parcourt le pays pour parler des souffrances du Darfour. La communauté s'est mobilisée, bien plus qu'elle ne l'avait fait pour le Rwanda, en 1994. Le Musée de l'Holocauste, de Washington, a diffusé un avis "Urgence génocide".

Parmi les organisateurs de la coalition nationale "Sauvez le Darfour", figurent les plus grandes organisations juives. "Un génocide est un génocide. Pour le Rwanda, on ne savait pas", explique une activiste qui prépare la manifestation du 17 septembre à New York.

Le rassemblement doit avoir lieu à Central Park. Les participants sont appelés à venir avec des chapeaux bleus pour illustrer le besoin urgent de forces internationales de maintien de la paix.

M. Obama a participé à la manifestation du printemps à Washington avec George Clooney. Il regrette l'indifférence de l'Europe. "Normalement, elle est plus attentive aux questions africaines. Là, elle a été étonnamment lente à se saisir du problème", dit-il.

"Je ne sais pas dans quelle mesure les questions commerciales entrent en ligne de compte, suggère-t-il. Il y aussi les répercussions de la fracture entre l'Europe et les Etats-Unis sur l'Irak. Quand les Etats-Unis commencent à parler du Soudan, l'Europe se méfie. Elle se méfie de tout ce qui pourrait aboutir à faire pression sur un pays musulman."