Attaque arabe sanglante contre des réfugiés au Darfour

L’express

L’express, 29 Septembre 2005

Vingt-neuf réfugiés noirs du Darfour ont été tués et une dizaine d'autres grièvement blessés lors d'une attaque sans précédent de leur camp par des cavaliers arabes, a annoncé jeudi le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR).

C'est la première fois, selon le HCR, qu'un camp de réfugiés est attaqué depuis que la rébellion de Noirs de cette province occidentale du Soudan contre le gouvernement islamique de Khartoum a éclaté il y a deux ans, entraînant le déplacement de deux millions de civils.

Entre 200 et 250 cavaliers arabes à cheval ou à dos de chameau ont attaqué mercredi soir le camp d'Aro Charow, à 15 km au nord de Saleah, dans le nord-ouest du Darfour, qui abrite entre 4.000 et 5.000 réfugiés.

Selon le HCR, ces nomades, que le gouvernement de Khartoum est accusé d'encourager et d'armer, ont détruit environ 80 abris de fortune, soit un quart de la capacité d'hébergement du camp.
Les réfugiés ont fui le camp pour les environs, que le HCR considère comme encore moins sûrs.

Le village voisin de Gosmeina aurait aussi été attaqué et incendié mais on ignore le bilan de cette attaque, a fait savoir le HCR en exprimant sa "grave préoccupation" devant la tournure prise par les événements au Darfour.
Après l'attaque du camp d'Aro Show, le haut commissaire pour les réfugiés, Antonio Guterres, a rappelé au gouvernement soudanais qu'il était de sa responsabilité de maintenir la sécurité dans cette région "pour tous ses citoyens".

" Tant que l'insécurité persiste, la communauté internationale ne pourra pas apporter l'aide qui fait si cruellement défaut à des centaines de milliers de gens", a-t-il déclaré au siège genevois du HCR.

Mercredi, le responsable des opérations humanitaires de l'Onu au Darfour, Jan Egeland, avait fait état d'un accroissement des violences dans la région et n'avait pas exclu que les Nations unies y suspendent leurs activités.