Le Conseil de Sécurité a adopté à l'unanimité une résolution pour le déploiement d'une force de maintien de la paix

Nouvel Observateur

Nouvel Observateur, 16 Mai 2006

Le Conseil de sécurité a adopté mardi une résolution destinée à accélérer le déploiement d'une force de maintien de la paix au Darfour, dans l'ouest du Soudan.

La résolution, adoptée à l'unanimité, menace également de "mesures fortes et efficaces" -sanctions en langage diplomatique- toute partie qui ne respecterait pas l'accord de paix signé le 5 mai par le gouvernement soudanais et la faction majoritaire du principal groupe rebelle.
Lundi soir, l'Union africaine a repoussé au 31 mai la date limite à laquelle les rebelles du Darfour n'ayant pas signé l'accord de paix avec le gouvernement du Soudan devront l'avoir fait, sous peine sinon d'encourir des sanctions.

L'UE a par ailleurs accepté de laisser une force de l'ONU prendre le relais de ses 7.300 militaires chargés du maintien de la paix dans cette région de l'ouest du Soudan d'ici la fin septembre, voire avant si les Nations unies sont prêtes. "Il est grand temps de prendre des mesures très concrètes pour renforcer" cette présence, a estimé Jan Pronk, envoyé spécial de l'ONU au Soudan.

En ce qui concerne l'accord de paix du 5 mai le ministre nigérian des Affaires étrangères, Olu Adeniji, président de la réunion ministérielle du Conseil de paix et de sécurité de l'UA réunie à Addis Abeba (Ethiopie), a déclaré que la faction minoritaire du principal groupe rebelle, le Mouvement/Armée de libération du Soudan (SLM/A), et le Mouvement pour la justice et l'égalité (JEM) de Khalil Ibrahim devaient signer d'ici la fin du mois. Sinon l'UA "prendra des mesures, y compris en consultant le Conseil de sécurité des Nations unies".

L'accord a été signé par Khartoum et la principale faction du SLM/A à l'issue de deux ans de médiation de l'UA, sous la pression de la communauté internationale, mais les combats ont continué. Le conflit a fait au moins 180.000 morts et jeté plus de deux millions d'habitants du Darfour sur les routes depuis 2003.