Soudan : Khartoum accusé de bombarder son voisin du Sud

Afp

Le Parisien, 24 Avril 2012

Le président sud-soudanais Salva Kiir, en visite actuellement à Pékin, accuse son voisin du Nord de lui avoir déclaré la guerre. Dans la nuit, l'aviation de Khartoum a bombardé régions pétrolifères frontalières, selon Taban Deng, gouverneur de l'Etat sud-soudanais d'Unité. D'autre part, le directeur adjoint des services de renseignement militaire sud-soudanais affirme que l'armée soudanaise se prépare à une offensive sur Bentiu, capitale de l'Etat, située à une soixantaine de km à l'intérieur de la frontière et bombardée lundi par un appareil soudanais.

Dans la nuit de lundi à mardi, les avions soudanais ont pris pour cible les localités de Panakwach et Lalop, situées en territoire sud-soudanais, ainsi que le poste-frontière de Teshwin, une zone contestée, théâtre d'intenses combats entre les armées de deux Soudans ces derniers jours. Les bombardements se sont poursuivis jusqu'aux «premières heures» mardi, ajoute Taban Deng, précisant que les frappes les plus profondes avaient été recensées à environ 25 km de la ligne de front. «Il y a des blessés qui ont été évacués vers l'hôpital de Bentiu. Certains sont des paysans, d'autres des soldats», a poursuivi le gouverneur, ajoutant qu'«à l'exception de ces bombardements aériens, la ligne de front est calme».

Les deux Soudans semblent avoir renforcé leurs effectifs et déployé leurs forces dans des tranchées le long de leur frontière contestée, après les intenses combats qui les ont opposées depuis la fin mars, à une soixantaine de km au nord de Bentiu. Khartoum, qui refuse de revenir à la table des négociations avec le Soudan du Sud, malgré les appels au calme lancés par la communauté internationale, accuse Juba de vouloir «ébranler sa stabilité» en continuant à soutenir les rebelles sur son territoire. Les tensions n'ont cessé de s'aggraver depuis l'indépendance du Soudan du Sud, en juillet 2011, autour notamment des zones frontalières contestées et des revenus du pétrole.