Darfour: démonstration de force de l'armée soudanaise face aux Casques bleus

Redaction

Afp, 27 Janvier 2011


KHARTOUM — L'armée soudanaise a menacé de "brûler" les camps de fortune hébergeant les déplacés de la guerre au Darfour, se lançant dans un bras de fer avec les forces de maintien de la paix de l'ONU, ont indiqué des sources au sein de l'ONU jeudi.

Ces menaces sont intervenues alors que les Etats-Unis ont appelé mercredi les forces de la mission de paix conjointe des Nations Unies et de l'Union africaine (Unamid) à être plus "agressives" dans la protection des civils au Soudan, même si cela implique des risques pour les Casques bleus.

Environ 200 soldats ont encerclé le campement de l'Unamid à Shangil Tobay, dans le nord du Darfour, mercredi soir, et le camp voisin abritant des milliers déplacés qui ont fui les combats en décembre, a indiqué l'Unamid.

"Le commandant a déclaré qu'il allait brûler tous les camps de fortune dans la région si les forces de maintien de la paix ne cessaient pas d'interférer dans les affaires internes du gouvernement", a indiqué à l'AFP une source au sein de la mission de paix.

Les forces de maintien de la paix venaient de rentrer à Shangil Tobay après avoir tenté en vain de mener une mission de vérification à Tabit, où se sont déroulés cette semaine d'importants affrontements entre les forces gouvernementales et les rebelles.

"Les forces de maintien de la paix ont tenu bon, et l'armée a fini par quitter les lieux", a raconté la source de l'ONU, ajoutant que l'armée avait tenté de fouiller le camp à la recherche de rebelles.

Les Etats-Unis et le Conseil de sécurité ont tenu mercredi des consultations sur le Soudan, sur fond d'inquiétudes croissantes concernant des affrontements entre les forces gouvernementales et les rebelles du Darfour.

"Nous attendons de l'Unamid, l'une des grandes opérations de l'ONU et l'une des plus coûteuses, qu'elle soit très active et, quand cela est nécessaire, agressive dans l'accomplissement de son mandat pour protéger les civils", a souligné l'ambassadrice américaine à l'ONU, Susan Rice.

Plus de 43.000 personnes, selon des estimations de l'Unamid, ont fui leur domicile au Darfour depuis décembre, en raison de la reprise de combats dans cette région de l'ouest soudanais en prise avec une guerre civile complexe depuis 2003.