Le monde ne "doit pas laisser faire" les "horreurs" du génocide

Redaction

Afp, 19 Février 2008

Le président américain George W. Bush a déclaré mardi que le monde "ne devait pas laisser faire" les "horreurs" du génocide, après avoir visité le mémorial aux victimes du génocide rwandais, à Kigali, selon un journaliste de l'AFP.

"C'est un lieu émouvant (...) qui touche vos émotions au plus profond", a-t-il dit en déposant une gerbe devant des fosses communes au mémorial.

"Cela me rappelle que nous ne devons pas laisser ce genre d'actions se dérouler et que les Rwandais ont besoin d'aide pour se réconcilier et pour avancer après une période brutale", a ajouté le président Bush.

Accompagné lors de cette visite de la première dame des Etats-Unis, Laura Bush, M. Bush a parlé des "horreurs du génocide qui se sont déroulées ici".

Selon des responsables du mémorial, le président Bush devait notamment visiter une pièce sombre présentant des crânes et des fémurs de victimes contenus dans des caisses transparentes, et une exposition très émouvante sur des enfants ayant péri pendant le génocide.

Le mémorial du génocide de 1994 a été érigé à Kigali en mémoire de 800.000 morts, selon l'ONU, essentiellement des membres de la minorité tutsie et des Hutus modérés.

Les grandes puissances, dont les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, ont été critiquées pour leur passivité pendant que se déroulait ce génocide au Rwanda.

Le président Bush a plusieurs fois qualifié de "génocide" le conflit qui ensanglante depuis près de cinq ans la province soudanaise du Darfour.

Ce conflit dans l'ouest du Soudan a tué quelque 200.000 personnes, selon des organisations internationales, et entraîné le déplacement de 2,2 millions d'habitants. Le régime de Khartoum conteste ces chiffres et évoque 9.000 morts.

M. Bush effectue mardi une visite d'une journée au Rwanda, troisième étape de sa tournée africaine, qui le mènera ensuite mardi soir au Ghana, puis au Liberia, dernière étape de son périple sur le continent.